TLM, le pari gagnant de l'ambitieux Laurent Constantin

 |   |  953  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Avec l'annonce du rachat de TLM par Altice et sa transformation prochaine en BFM Lyon, la mission de Laurent Constantin, président de la chaîne lyonnaise depuis quatre ans, va s'achever. Avec la satisfaction de céder l'entreprise à un actionnaire aux reins solides.

"Une fois que le CSA aura validé la vente, je rendrai mon tablier. C'est dans la logique des choses." Laurent Constantin vit donc ces derniers mois à la présidence de TLM, rachetée par le groupe de médias et télécoms Altice en vue de sa transformation prochaine en BFM Lyon.

Lire aussi : BFM rachète TLM

Nommé fin 2014 avec pour mission de "sauver et pérenniser l'entreprise" selon ses propres termes, il s'apprête à laisser sa place, vraisemblablement au cours des six mois qui viennent, à un nouvel actionnaire "solide qui a un vrai projet de développement" pour la chaîne de télé lyonnaise.

"Tous les actionnaires (le capital de TLM est détenu par un pool d'une quinzaine d'actionnaires, pour la plupart des entrepreneurs lyonnais, NDRL), y compris moi, ont le sourire. Il y a quatre ans, c'était pourtant un vrai challenge. Il faut se rappeler que TLM sortait de procédure de sauvegarde et avait failli être cédé pour un euro symbolique. On a bien fait d'y croire et de se battre", commente Laurent Constantin.

Interrogation et scepticisme

Son intronisation par le pool d'actionnaires avait pourtant suscité interrogation et scepticisme dans le microcosme lyonnais. Comment ce patron d'une startup du web, petit actionnaire de la chaîne mais novice dans les médias, allait-il s'y prendre pour remettre à flot une entreprise déficitaire depuis sa création ?

"Au moment de l'annonce de ma nomination, beaucoup se sont dit "mais qu'est-ce que c'est que cette blague ?". J'ai aussi des copains qui m'ont appelé pour me demander ce que j'allais faire là-dedans ! "

A l'heure du bilan de son mandat, les chiffres parlent pour Laurent Constantin. Plus ancienne télé locale de France, TLM, qui fête cette année ses 30 ans, est désormais une entreprise profitable : la société, qui emploie 18 équivalents temps plein, a dégagé 130 000 euros de bénéfices l'an dernier, et 212 000 euros en 2016 pour un chiffre d'affaires d'environ 2,2 millions d'euros selon les comptes déposés.

Arrivé à la présidence au terme d'une importante réduction des effectifs pour contenir les pertes, Laurent Constantin a mené une nouvelle stratégie dessinée avec ses co-actionnaires, et tout particulièrement le premier actionnaire Jacques Gaillard et l'ex-dirigeant de Toupargel Roland Tchénio, très impliqués dans l'opération de sauvetage de TLM.

"Un cas concret de transformation d'entreprise"

Parmi les lignes fortes : développement d'émissions en partenariat avec des acteurs locaux publics ou privés, suppression du télé-achat, réduction des multi-diffusions, digitalisation de la chaîne ou encore offre de médiatisation (location de plateaux, media-training...) à destination des entreprises.

Les tâches sont bien définies : l'historique journaliste de la chaîne et ancien directeur Jean-Pierre Vacher en charge du contenu éditorial, et Laurent Constantin dans le rôle du gestionnaire.

"Ce que nous avons fait à TLM est un cas concret de transformation d'entreprise. Nous avons totalement réinventé son business model. Aujourd'hui, seulement un quart des recettes proviennent du public. Altice a senti le potentiel de la chaîne, car ce sont eux qui sont venus nous chercher, nous n'étions pas vendeurs", rapporte Laurent Constantin.

Président "bénévole" comme il aime le rappeler, Laurent Constantin estime avoir passé 30% de son temps ces dernières années dans le projet de relance de TLM. Et s'il a gagné une notoriété à Lyon en étant le patron de la télé lyonnaise, l'ambitieux quadra estime néanmoins que ce poste chronophage a, par ricochet, ralentit le développement d'Acti, son agence de stratégie marketing web (3 millions d'euros de chiffre d'affaires, une trentaine de salariés).

"Mais je me suis engagé dans TLM en conscience. Acti aurait pu se développer davantage. Je suis mon propre actionnaire dans cette entreprise et je n'ai aucun regret : avec TLM, je me suis excité intellectuellement. "

Egalement petit actionnaire de la chaîne, le dirigeant de l'agence de communication Ekno, Jean-Marc Atlan, loue "l'implication" de Laurent Constantin :

"Il y a été présent au quotidien et il a véritablement pris le manche. A ceux qui le critique parce qu'il s'est servi de TLM pour son image personnelle, je réponds qu'il a bien eu raison ! Il a quand même vachement donné de son temps."

Une méthode parfois controversée

Soutenu par le pool d'actionnaire comme en interne, Laurent Constantin n'en a pas moins suscité quelques crispations. Notamment avec la figure de TLM, Jean-Pierre Vacher - actuellement à l'étranger, Jean-Pierre Vacher n'a pas pu répondre à nos questions. Selon des sources internes, le courant n'est jamais vraiment passé entre le journaliste et le gestionnaire.

"Jean-Pierre voulait plus de journalistes en disant que ça allait faire augmenter l'audience et attirer des annonceurs, moi je lui répondais que je n'embauchais quelqu'un que lorsque j'avais les sous", résume Laurent Constantin.

Un proche de la chaîne complète :

"Laurent Constantin a aussi un peu trop joué au patron de startup. Il est arrivé en disant « maintenant va falloir se remettre à bosser ici », cela n'a pas été très bien accueilli."

Aussi, au sein du pool d'actionnaire, la méthode Constantin a pu irriter :

" C'est la force et la faiblesse de Laurent, il est à la recherche de l'exposition. Il ne cite jamais Jean-Pierre Vacher, il oublie de dire que lorsqu'il a pris la présidence un vrai nettoyage avait été fait au sein de la maison, et ce travail avait été difficile. Il laisse trop penser que le redressement de TLM c'est lui ", rapporte un des actionnaires.

Avant de prendre le soin de préciser : "Mais cela n'occulte pas le temps et l'énergie qu'il a mis dans TLM".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :