Cenntro Motors France dément vouloir se retirer à la fin du mois

 |   |  396  mots
(Crédits : DR)
Les représentants du personnel ont exigé un démenti formel apporté par Didier Verriest, Pdg de Cenntro Motors France, lors du CE du 23 juillet. Les partenaires sociaux dénonçaient un chantage pour les faire revenir sur la décision du CHSCT de commander une expertise.

« Nous avons exigé et obtenu un démenti formel à ce que nous avions qualifié de chantage », assure Philippe Goguillot, secrétaire Sud du CE de Cenntro Motors France. Didier Verriest, le Pdg de cette filiale constituée par Cenntro Motors Group, pour reprendre les actifs de SITL (ex usine Fagor Brandt de Lyon), en juin 2014, a donc infirmé toute volonté de l'actionnaire sino-américain de se retirer le 31 juillet prochain, lors du comité d'entreprise du 23 juillet. « Cela figure au PV du CE, poursuit le délégué. Dans la foulée, la réunion s'est tenue comme prévu mais dans un climat lourd ».

L'expertise de IDENEA

Reste que les représentants du personnel réclament toujours une révision à la baisse du nombre de suppressions d'emplois projetées (263) dans le cadre du PSE ( Plan de sauvegarde de l'emploi). Sur ce point,  les salariés attendent beaucoup de l'expertise commandée au cabinet IDENEA par le CHSCT (Comité d'hygiène, sécurité et conditions de travail), le 6 juillet dernier. Cette expertise à laquelle s'opposait l'actionnaire au motif qu' elle retarde d'un mois la procédure -  doit apprécier si  le volume de constructions de véhicules électriques anticipé par la direction est compatible avec des effectifs de l'entreprise réduits à 120 personnes.

>> Notre enquête à relire : Cenntro Motors France (ex-SITL et FagorBrandt) : qui y croit encore ?

Cenntro Motors Manif

Le 9 juillet, les salariés de Cenntro Motors étaient dans la rue contre le PSE.

Le Préfet et la prime

Autre point de litige :  les délégués veulent obtenir de Cenntro Motors une prime dite supra-légale pour les salariés qui seront licenciés. A cet égard, «nous considérons qu'une petite porte s'est ouverte après notre rencontre avec le préfet Michel Delpuech, le 22 juillet. Il nous a laissé entendre que cette demande était recevable », poursuit Philippe Goguillot.

Quant aux salaires de juillet, « il nous a été précisé que l'ordre de virement était bien parti », poursuit le secrétaire du CE. Cependant des interrogations subsistent pour la suite. Le client ayant passé une commande de 150 véhicules n'est toujours pas révélé « alors que ce marché représenterait 95 % du business plan ». Pas de nouvelle non plus de la chaîne de montage de scooters qui aurait quitté la Chine par bateau, il y a plusieurs mois pour être installée à Lyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2015 à 15:44 :
bonjour, je vous tient informer des derniéres news de cenntromotors,en effet l'administrateur judiciaire maitre Meynet organise et invite les salariés a une assenblè général le mardi 20 octobre a 10 h le sujet est l'annulation provisoire du plan de licenciement car peter wang n'a pas verser ca part de l'argent nècésaire au licenceiment des 263 salariés,l'état via les ags qui verse 6 millions d'euro a demander a peter de verser 1 million ,qui dit ne pas etre au courant de devoir cette argent du coté du directeur usine didier verriest qui se trouve a l'heure actuel chez lui en caroline du nord lui dit que peter wang ne lui a pas verser l'argent pour qu'il puisse payer son billet d'avion pour venir en france et donc qu'il reste au etats unis,de plus le cabinet composé de frédérique lacour drh de transition charger de mettre en place le plan de licenciement se retirent car ils n'ont pas été payé par cenntro pour leur prestation,dans un premier temps l'administrateur n'ayant plus confiance en cenntro a dit qu'il n'enverrai pas les lettres tant qu'il n'aurait pas l'argent et maintenant il propose un nouveau repreneur qu'il a dèja afin d'evité la liquidation judiciaire le 29 octobre,et de licencier moins de personnes au passage,je pense qu'il va exposer la problématique mardi aux salariés pour les sondés et savoir si il faut liquider ou repartir avec un nouveau repreneur j

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :