Big Booster, une nouvelle mouture après la crise

 |   |  616  mots
(Crédits : DR)
Après avoir connu une troisième saison mouvementée, le programme d'accélération à l'international de startups a entièrement revu sa copie. Outre un changement de statut, Big Booster se recentre sur ses fondamentaux, à savoir l'axe Lyon-Boston.

Big Booster entame sa "reconsolidation", selon le terme employé par Karine Dognin-Sauze, la vice-présidente de la Métropole en charge du numérique. Comme La Tribune l'annonçait dès janvier, le programme d'accélération à l'international de startups repense totalement son modèle après avoir connu une forte crise interne au cours de sa troisième année.

Après avoir jugé de la pertinence de maintenir ce dispositif qui a accompagné 230 startups de 25 nationalités depuis sa création, les fondateurs historiques de Big Booster - la Fondation pour l'Université de Lyon, la Métropole de Lyon en tête - présentent donc une nouvelle mouture qui comporte plusieurs ajustements.

Comme nous l'avions révélé, le programme va, en premier lieu, se recentrer sur l'axe originel Lyon-Boston, après des escapades en Chine et en Afrique qui ne se sont pas révélées concluantes pour les startups en plus de peser sur les comptes.

"Nous nous sommes posés beaucoup de questions au terme de la troisième saison de Big Booster et nous avons décidé de revenir aux fondamentaux d'un programme passerelle entre les écosystèmes de Lyon et de la région de Boston en s'appuyant sur Masschallenge (le plus gros accélérateur de startups au monde, Ndlr) pour appréhender le marché américain", commente Karine Dognin-Sauze.

A la recherche de nouveaux mécènes

Autre évolution notable, la gouvernance est, elle, entièrement revue. Jusque-là piloté par une équipe interne de la Fondation pour l'Université de Lyon, Big Booster est désormais elle-même une fondation abritée par la Fondation pour l'Université de Lyon.

Un changement de statut qui s'accompagne de la création d'un comité exécutif pour décider des orientations à venir du programme. Le casting est composé de Karine Dognin-Sauze nommée présidente de la nouvelle fondation Big Booster, Julien Scicluna (associé gérant du cabinet de conseil en propriété intellectuelle Laurent&Charras), Sophie Jullian (présidente de Pulsalys), Patricia Fompeyrine (Sanofi Pasteur), Natalie Garçon (CEO de CioAster), Tim Saumet (co-fondateur de Tilkee) et le multientrepreneur Thomas Schmider qui a notamment été l'un des fondateurs d'Infogrames.

"Ce comité exécutif sera un espace de discussion. L'émulation qui naîtra de ce collectif fera la différence", espère Karine Dognin-Sauze.

Si la feuille de route est calée, cette deuxième version de Big Booster reste encore en construction. Le programme, dont la Région Auvergne-Rhône-Alpes s'est retiré, est notamment à la recherche "d'une dizaine de partenaires" pour boucler un budget qui reste encore à définir, mais qui devrait être compris en 500 000 et 900 000 euros.

Le comité exécutif a également confié au cabinet EY la mission de lancer un appel à manifestation d'intérêt pour trouver son futur opérateur qui sera aux commandes opérationnelles.

Appel à candidature début juillet

Côté calendrier, l'appel à candidatures des startups de la saison 4 est prévu dès début juillet. Un premier Booster Camp se tiendra à Lyon mi-octobre avec 100 startups retenues, avant un second Booster Camp, de 5 jours à Boston, programmé début janvier 2019 avec les 20 startups sélectionnées après un pitch devant un jury. Enfin, le Final Challenge, un pitch final devant des investisseurs, se déroulera en février/mars.

L'ambition affichée, à trois ans :

"devenir le modèle en terme d'accélération de startups qui combine approche globale et développement à l'international, reconnu en Europe, Amérique du Nord et pays francophones".

Enfin, si Big Booster revient à ses fondamentaux, l'axe Lyon-Boston pourrait tout de même s'élargir. Des discussions devraient notamment être prochainement lancées avec Montréal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :