Lutte contre les déserts médicaux  : Auvergne Rhône-Alpes innove pour attirer les professionnels de santé

 |   |  904  mots
Article partenaire
(Crédits : Michel Pérès / Région Auvergne-Rhône-Alpes)
Auvergne Rhône-Alpes est l'une des régions les plus concernées par la question des déserts médicaux. La moitié, voire les deux tiers des territoires sont considérés comme des zones de sous-densité médicale. Il s'agit d'espaces ruraux mais aussi de certains quartiers des grandes agglomérations. Comment lutter et encourager les professionnels à s'installer ? Le Conseil régional a mis au point plusieurs leviers innovants. Explications.

Reconquérir les déserts médicaux, c'est l'un des objectifs que s'est fixé le Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes en 2016. La Région est particulièrement concernée par les zones de sous-densité médicale. De nombreux territoires régionaux ruraux manquent de médecins généralistes. C'est aussi le cas dans certains centres urbains. Cela au détriment de la population qui rencontre des difficultés dans l'accès aux soins.

Soutenir les jeunes médecins et encourager l'exercice coordonné en maisons et centres de santé

Une politique de soutien active a donc été imaginée pour favoriser l'installation durable de médecins sur les secteurs prioritaires. Les projets de maisons de santé et de centres de santé sont ainsi financés par le Conseil régional, à hauteur de 200 K€ maximum. Cette aide concerne l'investissement immobilier, pour des projets regroupant un à deux médecins généralistes et des professionnels de santé, qu'ils soient libéraux au sein de maisons de santé pluri-professionnelles ou salariés au sein de centres de santé. 45 dossiers sont soutenus par an. Depuis 2016, la Région a aidé 145 projets pour 23 M€. C'est ainsi que la Maison de santé de Roanne (42) et celle de Pontgibaut (63) ont pu voir le jour.

"Certains territoires ont été peu à peu abandonnés par l'État. De fortes inégalités se sont créées au fil de petits renoncements successifs. Lutter contre les déserts médicaux est aujourd'hui un défi majeur que nous devons relever. C'est même un des enjeux de santé publique de ce début de XXIe siècle. On ne peut se résoudre à un système de soins à plusieurs vitesses, souligne Laurent Wauquiez, Président de la région Auvergne Rhône-Alpes. Nous devons réagir et ne pas laisser des fractures béantes s'ouvrir un peu plus. J'ai souhaité que la Région s'empare de cette question. Auvergne-Rhône-Alpes a ainsi doublé ses aides pour créer des maisons de santé dans les territoires qui avaient été oubliés. Nous sommes aujourd'hui la 1ère Région de France en matière de centres et maisons de santé avec plus de 250 structures".

La Région Auvergne Rhône-Alpes encourage également l'installation de jeunes médecins. Elle attribue une bourse aux étudiants en médecine qui choisissent de faire leur stage dans une zone considérée comme un désert médical. Avec 150 boursiers retenus par an, ce sont ainsi presque 500 étudiants qui ont pu en bénéficier depuis 2016. Grâce à cette expérience professionnelle, ils découvrent un territoire, une patientèle et un réseau de professionnels vers lesquels ils pourront se tourner une fois diplômés. Par ailleurs une prime régionale, complémentaire à celle prévue par l'État, est versée aux futurs médecins généralistes qui s'engagent à s'installer dans une zone déficitaire d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Encourager les innovations techniques et organisationnelles

Pour continuer à innover sur la question des déserts médicaux, deux nouveaux dispositifs ont vu le jour en Auvergne Rhône-Alpes en 2017. Le premier encourage l'innovation en santé et la télémédecine. Il s'agit d'une enveloppe destinée aux projets favorisant le maillage territorial des professionnels ou structures de santé. Il peut s'agir d'initiatives en faveur de la télémédecine, d'unités mobiles de soins, de cabinets de téléconsultation... Depuis son lancement, sept projets ont été financés pour un total de 700 K€. C'est ainsi que sont nés les cabinets téléconsultation Healphi, modèle encore peu développé en France, qui est basé sur une téléconsultation d'un médecin en présence d'un infirmier. Deux territoires seront équipés début 2020 dans la région.

Le second levier cible les centres hospitaliers de proximité qui portent un projet de modernisation ou d'investissement. Alors que ces structures publiques ne sont pas au cœur de ses compétences, la Région est particulièrement proactive en faisant le choix de les soutenir financièrement en vue d'améliorer l'accès aux soins sur le territoire concerné. Elle participe ainsi à l'achat d'un scanner ou à la modernisation immobilière d'un établissement. Cinq projets ont été retenus pour une enveloppe totale de plus de 2 millions d'euros.

"La Région s'engage pour la modernisation des établissements publics de santé et des hôpitaux de proximité. Le soutien de la Région a par exemple permis l'achat d'un scanner à La Mure en Isère ou la réhabilitation de l'hôpital de Saint-Agrève en Ardèche. A Buis-les Baronnies, dans la Drôme, le soutien de la Région contribue à relancer le projet de restructuration de l'hôpital. Notre ambition, au fond, c'est que personne ne soit laissé de côté", précise le Président du Conseil régional.

Toutes ces initiatives s'avèrent déjà concluantes. Une vraie dynamique se crée : les professionnels soutenus dans la création de maisons de santé accueillent de jeunes stagiaires, qui deviennent ensuite des membres actifs de l'écosystème local de santé. Ces regroupements de professionnels participent à la naissance de projets innovants, comme par exemple des projets de télémédecine au profit de tout un territoire, ou la création d'une unité mobile de chirurgie dentaire... Ces nouvelles organisations apportent une vraie valeur ajoutée aux populations et favorisent l'accès aux soins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :