Entreprise et religion : la tentation

 |   |  2074  mots
(Crédits : iStock by Getty Images)
En cristallisant les débats publics, la question de la religion a rattrapé les entreprises. Pour celles engagées sur le terrain du vivre-ensemble, peu de surprises. À l’écoute des tendances, elles ont su anticiper et adopter, sans pression, chartes et postures nécessaires dans leur management quotidien. Les autres, qui ne s’interrogent que face à un cas précis, tentent, à défaut de réflexion approfondie, de se raccrocher à la stricte application de la loi. Ensemble, elles adoptent globalement la posture de l’arrangement raisonnable. Et, malgré les apparences, les conflits déclarés et ouverts restent mineurs.

A Morancé, dans le Beaujolais, l'usine de fabrication de joints d'étanchéité Techné France autorise ses salariés à prier pendant les heures de pause. Il n'existe pas de lieu de culte clairement identifié, mais un petit coin confortable a été aménagé au sein de l'une des salles de pause. "Quand les uns prennent un café, d'autres utilisent ce temps pour prier. C'est aussi simple que cela", assure Georges Fontaines, son président. Le dirigeant a pris cette décision en 2011, alors qu'il se rend compte que certains se cachent dans les vestiaires, peu adaptés à la pratique religieuse.

Un phénomène marginal dans l'usine - il concernerait trois ou quatre personnes sur les 150 salariés que compte cet atelier -, qui s'inscrit dans la tradition d'ouverture et de management de l'entreprise. "Nous n'imposons ni horaire rigide ni pointeuse. Tout se passe dans la liberté et la confiance", poursuit-il.

Signes extérieurs

Techné fait partie des rares entreprises de la région tolérant la prière et osant le dire ouvertement. Car la question de la religion dérange. Sollicitées sur le sujet, quelques-unes préfèrent garder le silence et faire profil bas. Pourtant, la demande d'ouverture d'un lieu de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2017 à 0:35 :
En cedant à des revendications dictées par un islam politique les entreprises favorisent la montée de l'isamisme radical. Elles montrent en plus une ignorance crasse du Coran. Prier sur le lieu du travail n'est en aucun cas une prescription du coran mais bien un diktat du salafisme, que la grande majorité des musulmans considèrent comme une dérive de l'Islam.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :