Safecube, le tracker lyonnais qui veut simplifier le fret maritime

 |   |  529  mots
(Crédits : DR)
Fruit d'une collaboration entre Michelin, Argon Consulting et Sigfox, la co-entreprise Safecube, qui vient d'être créée à Lyon, développe une solution conçue pour suivre en temps réel les conteneurs à travers le monde, ainsi que leurs conditions de transport.

Un petit tracker aimanté placé à l'intérieur des conteneurs, qui permet de localiser les expéditions en temps réel, mais aussi de suivre leurs conditions de transport (température, humidité, chocs, ouverture...) à travers le monde, que ce soit sur terre ou sur mer. C'est le projet porté par Safecube, une co-entreprise qui vient d'être créée à Lyon, portée par Michelin, l'opérateur de télécommunication Sigfox et le cabinet de conseil Argon Consulting.

Au départ, il ne s'agissait que d'un projet interne à Michelin, qui cherchait à rendre plus opérationnelles ses expéditions de marchandises à l'international dans un contexte où la localisation d'un conteneur est actuellement très compliquée en raison des différents acteurs de la chaîne (transporteurs, gestionnaire d'entrepôts...) et peut prendre jusqu'à plusieurs jours.

Une solution unique sur le marché

Après plusieurs tests concluants menés sur des conteneurs partis des entrepôts de Michelin à Clermont-Ferrand à destination d'Afrique du Sud, des Etats-Unis ou encore du Brésil, il a été décidé de développer puis de commercialiser cette solution unique sur le marché.

"Lorsque Michelin a commencé à communiquer sur ce projet de tracking, plusieurs acteurs du transports ont fait part de leur volonté d'implémenter cette solution chez eux. Notamment en raison d'une certaine inefficacité de la logistique intercontinentale en fret maritime qui compte parmi les plus complexes et les moins maîtrisés de la chaîne logistique. Et les enjeux sont colossaux, avec plus de 100 millions d'expéditions de conteneurs par an", expose Waël Cheaib, un ancien d'Uber France qui a pris la direction de Safecube.

30 collaborateurs d'ici à 3 ans

Basée sur la technologie et le réseau mondial 0G de Sigfox, la solution présente l'avantage d'émettre un signal même dans les zones maritimes à bas débit internet tout en étant faiblement consommateur d'énergie, ce qui assure une durée de vie de "plusieurs années" aux batteries du tracker. Autre argument mis en avant par les membres fondateurs : un coût contenu de la solution.

"Ce service devrait revenir entre 20 et 35 euros par conteneurs trackés, sur un budget total du transport d'un conteneur qui varie entre 1 500 et 2 000 euros", souligne Waël Cheaib.

Alors que la commercialisation de la solution est prévue avant la fin d'année, le dirigeant procède actuellement aux premiers recrutements de Safecube. Avec l'ambition de compter une équipe d'une trentaine de collaborateurs d'ici à 3 ans pour porter le développement d'un projet au montant d'investissement gardé secret.

Synergie avec le centre d'expertise digitale de Michelin

Le choix de Lyon, et plus particulièrement du quartier de la Part-Dieu, pour installer la co-entreprise n'est en rien due au hasard. Safecube va, en effet, s'installer dans le même immeuble que le centre d'expertise digitale de Michelin avec qui des synergies sont prévues.

"Installer Safecube à Lyon a été une décision des trois investisseurs, d'autant plus que la métropole attire de plus en plus de sociétés de l'internet des objets. L'environnement favorable n'a donc fait que renforcer ce choix de rapprochement avec le centre d'expertise digitale de Michelin", poursuit Waël Cheaib.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :