Trail : Cimalp créé la première chaussure à drop progressif

 |   |  452  mots
(Crédits : DR)
Le drômois Cimalp s'éloigne de son coeur de métier, le textile pour l'alpinisme et le trail, pour se lancer sur le marché de la chaussure à destination des coureurs.

Après plus de 250 paires de prototypages et de nombreux tests réalisés avec des sportifs en région lyonnaise, Cimalp lance ce vendredi la commercialisation de sa chaussure baptisée "864 Drop Control".

Loin de son champ d'intervention traditionnel, l'entreprise a travaillé avec la société italienne Vibram, spécialisée dans la conception de semelles. À vrai dire, le coureur pourra utiliser trois semelles ; trois drops (on parle de drop pour désigner la différence de hauteur entre le talon et l'avant de la chaussure) seront ainsi proposés (8 mm, 6 mm, 4 mm).

"Les chaussures que l'on trouve actuellement sur le marché peuvent avoir des drop à 15 mm. Cela oblige le coureur à avoir une attaque talon. Si vous courez pieds nus, l'attaque va se faire sur l'avant pied et non sur le talon", précise Lionel Marsanne dirigeant de Cimalp.

Vers une course plus naturelle

Tout est parti d'une rencontre avec un médecin du sport.

"J'ai appris que les coureurs étaient souvent victime de douleurs articulaires à cause de chaussures qui n'étaient pas adaptées. Celles que l'on trouve sur le marché ne respectent pas les mouvements naturels d'amortissement", poursuit Lionel Marsanne.

L'idée, c'était donc d'accompagner naturellement le coureur dans sa foulée, et de créer une chaussure limitant au maximum les chocs sur le corps, les chaines musculaires ainsi que les articulations.

La paire sera vendue, en ligne, à 129 euros. Elle est destinée au grand public, aux coureurs qui ont déjà eu des blessures par le passé ou qui ont simplement envie de protéger leur corps. Le tout en alliant également la performance.

Une entreprise tournée vers l'innovation

Difficile pour le moment de mesurer l'éventuel succès de la nouvelle chaussure et quel sera son impact économique.

"C'est un marché totalement nouveau. On ne l'a pas conçu comme une chaussure qui va parler à toute le monde et qui va se vendre à des millions d'exemplaires. J'espère qu'elle correspondra à des coureurs et que des gens prendront plaisir à courir avec", commente toutefois Lionel Marsanne.

Si le succès est au rendez-vous, un modèle pour les femmes pourrait voir le jour.

C'est en 1984 que la société "Manufacture drômoise de confection" fut créée par Raymond Marsanne, le père de Lionel Marsanne. En 1991, il rachète la société Cimalp, alors basée en Savoie. Depuis, l'entreprise conçoit et commercialise des textiles pour les marchés de l'alpinisme (plus de 50% de son activité), le trail (25%) ainsi que la randonnée.

En 2019, le chiffre d'affaires devrait dépasser les 5 millions d'euros. L'entreprise drômoise, qui connaît une croissance relativement forte, de l'ordre de 40% par an, emploie une quinzaine de salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2019 à 11:30 :
la chaussure de sport du futur aura un exosquelette en fibre de carbone et des tendons élastique artificiels pour diminuer les efforts musculaires et une semelle souple avec des crampons qui possèdent une souplesse variable en fonction de vitesse et de l effort fournit par le sportif
Alexandre DAOUSSI (inventeur du futur)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :