Fidal a doublé de taille en cinq ans en Rhône-Alpes

 |   |  403  mots
(Crédits : Pixel création)
La direction régionale du premier cabinet de droit des affaires en Europe a affiché 26 millions d'euros d'honoraires, l'an dernier. Elle s'apprête à reprendre un cabinet local indépendant, une acquisition qualifiée de stratégique.

Fidal, qui se présente comme le premier cabinet de droit des affaires en Europe, a doublé de taille en cinq ans en Rhône-Alpes et annonce 26 millions d'euros d'honoraires hors taxes en 2014. Une dizaine d'avocats ont été recrutés l'an dernier et 7 à 10 autres embauches sont prévues cette année. Un nombre qui pourrait être supérieur s'il lui fallait répondre à des besoins spécifiques de clients. La direction régionale qui compte aujourd'hui 130 avocats dont 17 directeurs associés en Rhône-Alpes (90 avocats à Lyon), réfléchit ainsi à la création d'un pôle dédié aux questions relatives à l'environnement. Par ailleurs, Marie du Gardin, qui assure la direction régionale avec Guy Roulin, annonce des négociations en vue de la reprise d'un cabinet de 5 avocats dans une ville de la région, qui n'est pas Lyon. Ce projet d'acquisition est qualifié de stratégique en termes d'enjeux, de clients et de synergie attendue.

En amont sur tous les aspects juridiques

Son développement rapide en Rhône-Alpes, Fidal l'explique par une approche très en amont des questions juridiques dans les entreprises accompagnées dans la durée sur tous les aspects. Le cabinet revendique notamment une expertise en droit économique (droit de la concurrence, propriété intellectuelle et concentration) avec 20 avocats. Les entreprises représentent 95 % de son activité avec des références comme Babolat, Adecco, la Compagnie Nationale du Rhône, Leroy Merlin, Becton Dickinson ou encore Mobalpa qu'il a conseillé pour l'acquisition d'Hygena. « Nous sommes présents dans un tiers des 100 principales sociétés de la région. Nous avons donc encore une belle marge de progression devant nous », commente Marie du Gardin. Une offre est spécifique aux start up.

Accession au conseil de surveillance

Et Fidal répond également à des appels d'offres publics et a récemment remporté un contrat avec la ville de Lyon concernant son système de gestion de la TVA. Sa conquête de parts de marché le cabinet l'explique aussi par sa proximité territoriale à travers six implantations (Annecy, Chambéry, Grenoble, Lyon, Saint-Etienne et Valence). Et puis, Marie du Gardin et Marc Roirand (lui aussi avocat associé) ont été élus au conseil surveillance de Fidal et c'est la première fois que des représentants lyonnais accèdent à la gouvernance nationale. A ce titre ils vont participer à la nomination des membres du directoire et à la stratégie globale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :