Auvergne-Rhône-Alpes : des dirigeants stressés mais confiants en l'avenir

 |   |  622  mots
(Crédits : DR)
La fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur publie, pour la 5e année consécutive, son baromètre sur l'état de forme des dirigeants de la Région.

Bien que les résultats soient stables d'une année à l'autre, les dirigeants d'Auvergne-Rhône-Alpes n'en demeurent pas moins exposés au stress qu'auparavant. C'est ce que révèle le baromètre de la fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur, qui interroge les dirigeants sur leur état de forme physique et mentale.

Le baromètre révèle ainsi qu'un dirigeant sur deux en Auvergne-Rhône-Alpes ne parvient pas concilier vie privée et vie professionnelle (46% des sondés). Un taux supérieur de sept points aux données nationales. De plus, 63% se disent stressés au quotidien, un taux en revanche inférieur de sept points à la moyenne nationale.

"Les dirigeants travaillent entre 50 et 70 heures par semaine. Cela génère du stress, qui n'est que mauvais. De plus, l'entrepreneur va connaître une durée d'exposition au stress plus longue que d'autres travailleurs. Ces résultats ne sont donc pas surprenants," observe Charles Van Haecke, conseiller de la Fondation MMA.

Des dirigeants esseulés

Alors que 38% des sondés confient se sentir isolés dans leur fonction de dirigeants, la Fondation MMA - qui s'intéresse depuis 2016 au dirigeant en tant que personne - tente justement d'organiser des événements pour endiguer ce sentiment.

"Entre solitude, surcharge de travail ou encore incertitude sur le carnet de commandes, les dirigeants subissent un stress qui ressort dans les réponses. Nous essayons d'apporter des solutions en région avec des conférences car, quand vous créez des moments d'échanges, la solitude est plus facile à supporter. Ces conférences courtes, très pragmatiques, leur permettent d'obtenir des réponses concrètes à leurs questionnements," poursuit Charles Van Haecke.

Ainsi la fondation propose aux chefs d'entreprise deux applications : l'une pour maintenir une forme physique des entrepreneurs via des exercices faciles à faire au quotidien ; l'autre pour les aider dans la gestion du stress.

"Le risque chez un entrepreneur est qu'il soit constamment dans la réflexion. On souhaite les aider à prendre de la hauteur pour qu'ils ne prennent pas des mesures qui mettent leur santé en danger et celle de leur entreprise."

La santé au second plan

Le baromètre le remarque, les dirigeant souffrent de mal de dos (67% des sondés), de douleurs articulaires (55%) ou encore de migraines (32%).

Si, malgré tout, la grande majorité se dit en bonne santé mentale (90%) et physique (77%), ils sont aussi trois entrepreneurs sur dix à souffrir de troubles du sommeil. Enfin, 37% d'entre eux estiment que leur santé a pu avoir un impact négatif sur leur performance dans leur entreprise.

"Il y a un déni des dirigeants sur leur état de santé. Ils ont l'impression d'être invulnérables jusqu'à ce que l'épuisement professionnel les rattrape - même si on constate moins de burn-out chez les entrepreneurs que chez les salariés. On observe aussi que les dirigeants tombent souvent malades durant leurs vacances. Le baromètre indique que 11% des chefs d'entreprises de la région ont été arrêtés par leur médecin sur les 12 derniers moins. Les dirigeants ne s'écoutent pas et il faut que la situation soit lourde pour qu'ils s'arrêtent."

Malgré ces éléments sur leur état de forme, les dirigeants de la région se montrent confiants pour l'avenir : 93% des sondés se sentent utiles dans leur quotidien, 87% sont confiants quant à leur vie personnelle, 86% quant à la situation financière de leur foyer et 91% concernant leur santé. Ils se montrent confiants sur leur situation professionnelle à 83% et concernant leur entreprise à 80%.

"Malgré une actualité pas simple sur ces derniers mois, la stabilité de cette confiance en l'avenir est positive. Cela montre aussi que les chefs d'entreprises assument leur stress mais ont envie de se sentir utiles à la société."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2019 à 16:38 :
AIE AIE AIE la faute d'orthographe dans le titre.... "dirigeantS" !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :