Le lac Léman est le plus beau bureau du monde

 |   |  501  mots
(Crédits : DGC studio)
Depuis sa jeunesse, Éric Jacquier est l'un des 132 pêcheurs du lac Léman. Un lieu de travail qu'il définit avant tout comme un espace de liberté incommensurable où la dimension spirituelle est très forte, en particulier lorsqu'il se trouve à bord de son bateau, seul, toute l'année.

Deux tiers suisses, un tiers français, le lac Léman c'est ce même accent que portent ceux qui vivent tout autour, loin sans doute de Genève, plus cosmopolite, et qui renomme trop facilement le lac Léman en lac de Genève. La grande ville suisse s'accapare ainsi bien volontiers, les richesses appartenant à tous ! Celui qu'on appelle simplement le Léman est un vaste plan d'eau à la fois de travail et de loisirs contrairement à son voisin le lac d'Annecy, tourné exclusivement vers le loisir.

On peut y observer les bateliers transportant pierres et granulats des carrières et dragues ; ces milliers de travailleurs frontaliers et touristes empruntant quotidiennement les bateaux de la Compagnie générale de navigation pour se rendre d'une rive à l'autre sans automobile ; les chantiers navals qui réparent les bateaux en bois ; et bien évidemment les pêcheurs professionnels, installés autour. Une centaine côté Suisse, une cinquantaine en France.

Une dimension quasi spirituelle

La pêche professionnelle a toujours été sur le Léman une activité dynamique. Généreux, le lac produit ces dernières années près de mille tonnes de poissons, vendus sur place ou transportés dans les métropoles françaises, voire exportés vers la Suisse voisine. La pêche fait vivre des familles entières et génère une centaine d'emplois liés directement à la transformation du poisson.

La qualité des féras, truites, ombles chevaliers, perches, lottes d'eau douce et écrevisses font le bonheur des gourmets qui les dégustent aux menus des grandes tables françaises et des restaurants locaux. Grâce à la qualité de l'eau et au rempoissonnement des espèces dites « nobles », le cours d'eau est le seul à voir les quantités pêchées augmenter régulièrement au cours de ces 20 dernières années et ce, à efforts de pêche identiques puisque s'il y a des quotas de pêcheurs et de filets, il n'en existe pas pour le nombre de captures.

L'avenir des pêcheurs professionnels est donc étroitement lié à la qualité des poissons, mais également à l'accessibilité à l'eau. Un objectif que je m'étais fixé il y a 28 ans et donc je mesure aujourd'hui à quel point il est précieux.

Une liberté incommensurable

Néanmoins, avant d'être un espace de travail, le lac est avant tout, un espace de liberté incommensurable. Une dimension quasi spirituelle me lie à lui lorsque je suis sur mon bateau, seul, toute l'année, par n'importe quel temps. C'est lui qui nous fait vivre, ma famille et moi et mes collègues pêcheurs.

Et malgré ses moments de colères conséquences d'une météo agitée, il m'offre un élan de bonheur à chaque instant. En mai particulièrement, les couleurs du lac se teintent d'un bleu limpide, les prairies d'un vert puissant et les montagnes, d'un manteau neigeux. Le paysage qui m'entoure est alors sublime. Je dis souvent que j'ai ainsi le plus beau bureau du monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :