Numérique : la liberté habite la campagne

 |   |  665  mots
(Crédits : DR)
Le comité interministériel,sur les ruralités de ce lundi, en présence de François Hollande, a remis en avant la question de la fracture numérique. Entre les villes et les territoires ruraux, la France ne peut faire l’économie d’un aménagement numérique plus équilibré, plus intelligent, d’autant plus que les réseaux à Très Haut Débit le permettent désormais. Le concept de "smart villages" repose sur la conviction que le THD va pouvoir redessiner la France.

Depuis 4 ans, le solde migratoire entre campagne et grandes métropoles s'est inversé en France. 100.000 personnes quittent chaque année les grandes villes pour s'installer à la campagne quand 70.000 font le chemin inverse. Soit un solde de 30.000 habitants au bénéfice des espaces ruraux.

Les nouveaux ruraux essentiellement actifs

De là à parler d'exode urbain, il est bien trop tôt. Mais le phénomène est réel, et il correspond à deux tendances. Des retraités évidemment qui reviennent "au pays" mais ils ne sont plus majoritaires. Les nouveaux ruraux sont essentiellement des familles d'actifs entre 30 et 40 ans avec enfants, désireux de choisir où ils veulent vivre, avec une promesse de qualité de vie secondée par l'idée que grâce au Numérique, ils peuvent continuer à travailler voire entreprendre.

Parallèlement, les "smart cities" occupent l'espace médiatique : gestion des déchets, sécurité, gestion de l'énergie, circulation, pollution... De grands industriels comme Toshiba pour Lyon ou IBM pour Nice proposent des solutions clés en main pour résoudre des problèmes qui n'existeraient tout simplement pas si les villes étaient moins grosses... Alors bien sûr, il est nécessaire d'améliorer la vie des populations prises dans les tracas urbains, mais la France, dont l'unité de base est le village, ne peut faire l'économie d'un aménagement du territoire plus équilibré, plus intelligent, d'autant plus que les réseaux à Très Haut Débit le permettent désormais.

Le Très Haut Débit va redessiner la France

Les smart villages, et les petites et moyennes villes "intelligentes" reposent sur la conviction que le THD va redessiner la France et lui rendre son vrai visage. Le smart village repose sur trois principes : il se construit AVEC les administrés et utilise le meilleur d'Internet pour faire "réseau social" avec ses habitants et élaborer ensemble le projet de territoire. Il vise à la "sobriété" et consacre une partie de ses investissements technologiques a améliorer son profil énergétique et écologique (consommation, habitat, déplacements, déchets). Enfin il privilégie une culture de la détection des talents locaux et d'encouragement de l'entrepreneuriat.

Pour réussir ce pari, les smart villages comptent bien sûr sur l'arrivée du Très Haut Débit, promise par le programme national piloté par l'Etat, les collectivités et les opérateurs, mais ils se préparent déjà et anticipent en n'hésitant pas à mettre en œuvre des solutions de connectivité nouvelles en attendant. Le mouvement des smart villages mobilise l'ensemble des élus et citoyens qui pensent pouvoir contribuer à refonder les territoires et améliorer le vivre-ensemble, dans un cadre pacifié et bienveillant, loin de réformes institutionnelles sans véritables effets concrets et tout près des réseaux numériques qui sont la première opportunité historique de choisir ou nous voulons vivre, et comment...

La campagne sera sans doute l'avenir des villes

Certains pensent encore qu'en 2050, 70 % de la population mondiale vivra dans des villes. Certes dans les pays émergents ou en voie de développement, les villes grossissent très rapidement en s'augmentant de bidonvilles à perte de vue, telle Lagos au Nigeria. Vivre en ville ou en bidonville ? Les smart villages parient sur un autre avenir notamment compris par les dirigeants chinois qui ont lancé au printemps une consultation mondiale sur la création de "villages ruraux" pour désengorger leurs mégapoles. Certes des villages d'au moins 50.000 habitants, mais surtout des villages connectés, intelligents, qui permettent de libérer des villes asphyxiées. La plaisanterie la plus connue à Shanghaï ? "Quand tu promènes ton chien à Shanghaï, tu vois la laisse, pas le chien".

La campagne sera sans doute l'avenir des villes elles-mêmes, en pleine complémentarité, et si Andrès Bello, l'écrivain vénézuélien, disait "Si vous aimez la liberté, elle habite la campagne", il est certain qu'aujourd'hui, la liberté du choix de vie peut en effet s'y épanouir. ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2015 à 15:33 :
"smart villages" d'au moins 50000 habitants ?
vous appelez ça un village franchement ? , non c'est une ville moyenne (entre 20000 et 100000 habitants ) .
Une petite ville c'est au dessus de 2000 habitants (wikipédia) ,
et un village selon la définition est en dessous de 2000 habitants...ben oui!!!
mon village ou j'habite est de 320 habitants , alors c'est quoi ?
un hameau ou une maison isolé alors ? oui , non ?
Si je comprend bien en dessous de 50000 habitants , nous sommes des """ stupid villages """ ... DES ARRIÉRÉS ? DES BOUSSEUX EN SOMMES .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :