Rendre accessible l’enseignement supérieur privé : une réponse à la crise ?

 |   |  492  mots
© DR
© DR (Crédits : DR)
L'enseignement supérieur doit totalement assumer son rôle dans le pacte républicain. Certaines mesures peuvent permettre d'ériger la méritocratie en principe intangible.

Dans une société ouverte, où la différence doit être vue comme une richesse plutôt que comme une menace, nos établissements privés d'enseignement supérieur ont une responsabilité : ériger la méritocratie en principe intangible. A ce titre, la notion même d'ascenseur social me paraît être aujourd'hui totalement désuète. Seuls le travail, le mérite et la volonté doivent permettre à chacun de réussir. C'est ce que nous pourrions appeler « l'escalier social », par opposition à l'ascenseur social. Car réussir demande un effort, et pas simplement « d'appuyer sur un bouton » et de se laisser porter.

L'alternance une des réponses possibles

L'alternance peut constituer une première réponse à cet enjeu. Cela peut en effet permettre à nos étudiants de s'insérer plus facilement dans la vie professionnelle, ce qui n'est pas anodin dans le contexte de crise qui est le nôtre.  Mais, plus important encore, l'alternance offre l'avantage pour nos établissements d'accueillir des jeunes issus de milieux moins favorisés, et notamment de l'immigration, qui peuvent ainsi intégrer une école de commerce réputée, puisque les frais de scolarité sont pris en charge par les entreprises qui les accueillent dans ce cadre-là.

Dans le même ordre d'idée, nous devons aussi susciter l'émergence, ou soutenir toutes les formes d'initiatives, notamment associatives,  ayant pour vocation de mener un véritable combat citoyen pour effacer la discrimination pouvant exister à l'admission des Écoles Supérieures de Commerce. Des projets originaux, comme par exemple « ODYSSEE », permettent ainsi aujourd'hui à des élèves boursiers méritants d'accéder à des Grandes Écoles qui acceptent de co-financer leur scolarité.

Des dispositifs au cœur du pacte républicain

Enfin, nous devons également pratiquer de manière très importante les aménagements d'horaires afin que les étudiants salariés, qui ont besoin d'avoir un emploi pour financer leurs études, puissent suivre leur scolarité dans les meilleures conditions. A travers ces différents dispositifs, nous sommes bien au cœur de ce qui fonde notre pacte républicain : permettre à chacun de réussir et d'accéder au savoir, non en fonction de ses origines, mais bien de sa détermination, de son travail, de ses efforts et de son talent.

L'expérience nous prouve qu'en procédant de la sorte, dans une démarche apolitique, nous permettons aussi à ceux que l'enseignement de type universitaire peut rebuter de poursuivre des études supérieures de qualité et d'obtenir un diplôme reconnu.

Réponse à la crise

Ce faisant, nous assumons pleinement notre responsabilité et nous respectons le principe de non-discrimination si essentiel au vivre ensemble. Mieux, nous proposons également une des réponses à la crise économique. En effet, permettre à chacun d'accéder à l'enseignement supérieur, c'est aussi relever le défi de la société de l'intelligence qui, demain, nous offrira de nouvelles perspectives de croissance. C'est tout le sens de notre engagement au service de nos étudiants et de leurs familles.
 



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2014 à 21:45 :
Dire qu'ODYSSEE avait eu tant de mal à recevoir votre aval...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :