Les entrepreneurs, remparts à la décomposition politique

 |   |  585  mots
(Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'Economie)
Le résultat du scrutin européen comme l'affaire Bygmalion consolident la déliquescence de l'offre politique. Face à la crise de confiance de l'opinion publique désormais endémique, les entrepreneurs ont une responsabilité politique à exercer. A condition de se sentir " aimés ".


"Il faut aimer les entrepreneurs". Cet appel n'est pas une déclamation de Pierre Gattaz ou de François Turcas. C'est le maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb, qui l'a prononcé le 19 mai dans ces colonnes. C'était quelques jours avant le séisme qui frappait l'Europe et l'UMP (lire Merci, Marine !). Et il ignorait bien sûr qu'une telle exhortation porterait, quelques semaines plus tard, une résonance inédite. 

L'élite politique est calfeutrée dans l'isolement, et les formations politiques quelles qu'elles soient ont bel et bien divorcé des entreprises. Entend-on leurs hiérarques "parler", "entendre", "comprendre", "soutenir" entreprises et entrepreneurs ? Bien trop rarement. Et pour cause : la décomposition idéologique et programmatique des partis politiques a pour conséquence celle de sens. Et cela indistinctement à droite et à gauche. Ce sont d'ailleurs les mesures d'Alain Juppé Premier Ministre, à ses yeux "les plus anti-entrepreneuriales que le pays ait connu", qui décidèrent le libéral Denis Payre, fondateur de Business Objects, de Croissance Plus, et de Nous Citoyens, à s'exiler en Belgique au lendemain de leur promulgation en 1995.

Sectarismes

Or, face à la déliquescence de l'offre politique, selon le sondage Ifop-JDD publié le 1er juin, 84% des Français n'ont plus confiance dans les partis politiques, une partie du salut peut venir de la ramification des initiatives entrepreneuriales de toutes sortes, de toutes origines, de toutes dimensions, qui irrigue la collectivité de valeurs aujourd'hui ensommeillées ou égarées. Ainsi les entrepreneurs poursuivent malgré eux une responsabilité politique, constituent malgré eux un rempart aux sectarismes anachroniques et délétères qui assombrissent l'avenir d'Europe, composent malgré eux une alternative.

Réciprocité

Cette alternative a pour visage celui de chaque entrepreneur qui imagine, bâtit, ose, et essaime, qui libère curiosité, créativité, innovation et générosité. Qui prospecte les champs, infinis, du Progrès altruiste et responsable, qui agrège les aspirations individuelles à un dessein collectivement partagé. Qui admet qu'il n'y a pas de réalisation ou d'estime de soi sans ambitionner la réalisation ou l'estime des autres, qu'il n'y a pas de sens et d'utilité à son existence sans les conditionner à ceux des autres, qu'il n'y pas d''accomplissement durable de l'intérêt personnel sans l'incorporation de l'intérêt des autres parties prenantes.

Qui accepte de consubstantialiser la reconnaissance de sa propre valeur à celle des autres. Et qui donc, selon ce principe de réciprocité qui fonde celui-même de société et cimente le "vivre ensemble", explore, poursuit et partage un rêve, et finalement fait œuvre commune.

Subjectifs

C'est ce que les lauréats du 8e Prix Acteurs de l'économie - CJD, en dépit d'obstacles parfois miraculeusement domptés, cherchent à honorer. "Être entrepreneur, c'est être en vie et donner la vie", rappelle Denis Payre (interview à venir le 11 juin dans Acteurs de l'économie). C'est aussi aimer. Ces 11 lauréats, révélés le 3 juin à la CCI de Lyon dans des catégories aussi singulières que "le rebond", "l'œuvre collective", "l'action territoriale", "le projet", "la culture", "la recherche", "l'économie sociale et solidaire" ou "l'international", et élus par les 18 membres du jury selon des critères exclusivement subjectifs récompensant des "trajectoires de vie qui ont valeur d'exemple", ont d'ailleurs un point commun : ils donnent envie d'être aimés.

Ce que le président de la cérémonie, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, ne manquera pas de développer au moment d'évoquer les ressorts de la résilience entrepreneuriale.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :