Une application mobile, ce n'est pas un catalogue en ligne

 |   |  561  mots
Serge Roukine est organisateur de la conférence AppDays qui se déroule les 6 et 7 novembre prochains à Paris.
Serge Roukine est organisateur de la conférence AppDays qui se déroule les 6 et 7 novembre prochains à Paris. (Crédits : DR)
Ils sont nombreux à avoir pensé que le web mangerait le mobile. Ces personnes estimaient qu'à terme, les smartphones pourraient se contenter d'un navigateur web dans lequel il serait possible de tout faire. L'existence des applications ne serait que passagère. C'est tout le contraire.

Le web possède de nombreux avantages sur les applications. Il est flexible, universel. Pas besoin de « stores », d'installation, ni de mises à jour. Mieux, tout est beaucoup plus simple : un seul site web mobile suffit, pas besoin de faire des applications différentes pour iOS, Android ou Windows.

Les applications de plus en plus populaires

Mais aujourd'hui, c'est l'inverse qui se produit. Les applications sont plus populaires que jamais et vont le rester. Sur smartphone, les utilisateurs passent 80 % du temps sur les applications et seulement 20 % dans leur navigateur web. Le mobile mange le web. Qui se souvient du début des années 2000 et de ces commerçants qui se contentaient, pour toute présence sur internet, de mettre en ligne leur catalogue ? Un catalogue n'est pas aussi simple à parcourir qu'une boutique en ligne, il ne permet pas de passer commande. S'en contenter, c'était se passer de ce qui fait vraiment la force du web.

Aujourd'hui encore, les stratégies mobiles se résument à adapter à minima sa présence internet à une audience qui se connecte pourtant de plus en plus sur mobile. Et ce, alors qu'au même moment, Showroomprivé annonce faire plus de 40 % de son chiffre d'affaires sur mobile et qu'aux États-Unis, Groupon annonce plus de 50 %.

L'avenir du web passe par le mobile

Votre avenir sur le web passe donc par une application mobile. Mais pas par n'importe quelle application. À de nouveaux usages doit répondre une nouvelle approche. Comment être dans la poche de vos clients et y rester ? C'est la question centrale. Cependant, par quels moyens réussir cet exercice difficile ? Voici quelques pistes :

  • Le mobile demande une simplification drastique de l'interface utilisateur. Oubliez les formulaires et autres processus complexes.
  • Le mobile est parfait pour le temps réel. Par exemple, pour tout ce qui touche aux notifications ou aux messageries.
  • Le mobile offre des fonctionnalités qui n'existent pas sur PC : connectivité permanente (ou presque), appareil photo, géolocalisation, micro, accéléromètres et possibilité de recevoir des SMS par exemple.
  • Enfin, une application doit savoir faire un nombre limité de choses, mais parfaitement. Il faut donc choisir et renoncer à certaines fonctionnalités pour offrir une expérience mobile agréable.

Repenser le modèle en profondeur

Pour être utile et rester dans la poche de vos utilisateurs, vous ne pouvez donc pas vous contenter de repenser votre modèle de façon superficielle. Vous devez le repenser en profondeur en prenant en compte les contraintes, mais aussi les opportunités offertes par le mobile. L'application ne doit pas tout faire. On ne peut pas attendre d'un utilisateur de smartphone qu'il soit aussi productif qu'avec un ordinateur. Votre application doit donc se concentrer sur des tâches qui sont adaptées aux usages mobiles.

Par ailleurs, la mobilité rend les utilisateurs moins tolérants aux bugs. Ils préfèrent une application simple et limitée mais qui fonctionne, aux applications « usines à gaz » qui, à vouloir trop en faire, ne fonctionnent pas.Simplification, immédiateté, nouveaux usages, voici les notions qui doivent guider votre réflexion mobile.

Si, au terme de votre processus de réflexion, votre stratégie se résume simplement à transposer votre site internet dans une application mobile, c'est que vous n'avez pas pris la mesure de la révolution des applications mobiles. Ne vous contentez pas de mettre votre catalogue en ligne !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2014 à 5:36 :
Et que penser du responsive design
a écrit le 18/10/2014 à 11:42 :
Pourtant beaucoup d'acteurs abandonnent les applications au profit de sites web dont les pages s'adaptent au type de terminal, ordinateur, smartphone ou tablette.
Les couts financiers sont ainsi moindre parce que le nombre d'OS devient trop important ainsi que le nombre de versions dans chaque OS et les utilisateurs plus satisfait que d'avoir des applis buggées qui ne fonctionnent que sur le dernier modèle de smartphone ou tablette "ringardisant" des appareils ayant à peine un an
Réponse de le 13/11/2014 à 14:13 :
Oui cependant les technologies html5 et autres frameworks destinés aux applications mobiles sont très loin de pouvoir couvrir les fonctionnalités d'un OS mobile. L'expérience utilisateur n'est pas aussi concluante même avec des hybrides type Phonegap.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :