Intelligence artificielle :  rêve ou cauchemar pour l'humanité ?

 |   |  941  mots
(Crédits : Emmanuel Foudrot/ADE)
Jamais, entre 30 ans d'existence, la recherche sur l'intelligence artificielle (I.A.) n'a fait autant de progrès que ces 5 dernières années. De plus en plus performante, elle fait une percée remarquée dans les entreprises, y compris dans celles traditionnellement épargnées par la robotisation. Comment cette innovation majeure modifie notre quotidien actuel et à venir ? Faut-il y voir un moyen de réaliser tous nos rêves, même les plus fous, ou au contraire, se déconnecter dès à présent pour éviter le pire ? Qu'en pense les industriels, les scientifiques et les écrivains ?  Éléments de réponses avec Nicolas Sekkaki, président d'IBM France, Jean-Claude Heudin, professeur et chercheur en intelligence artificielle et Catherine Dufour, informaticienne et écrivaine extraits d'une conférence organisée ce mardi 11 juillet à Lyon par Acteurs de l'Economie-La Tribune en partenariat avec le CIC - Lyonnaise de Banque.

La notion même d'intelligence artificielle prête à débat. Comment la définir ?

"L'IA, c'est donner à une machine la capacité d'apprendre. Elle le fait à partir d'une succession répétée, et très nombreuse, d'images données. Grâce à la combinaison du big data et à l'augmentation des capacités de calcul, on a pu accélérer les apprentissages. Mais la machine ne comprend pas comme nous, elle vit dans un monde de données, nous dans le monde réel. Ce n'est pas le même type d'intelligence, c'est juste une boite à outils d'algorithmes, un ensemble de bloc technique pragmatique qui réalise une tâche. Elle est juste meilleure que le cerveau humain dans certains domaines. L'ordinateur pense 3 millions de fois plus vite que le cerveau humain. Mais il n'a pas une once de conscience. C'est toute la différence", Jean-Claude Heudin, professeur et chercheur en intelligence artificielle.

"Utiliser le terme d'intelligence artificielle peut sous-entendre que c'est un artifice qui va remplacer l'intelligence humaine. C'est un mot trompeur. On s'adresse seulement à une partie de l'intelligence mathématique ou...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :