Musée des Tissus de Lyon : retour de la Ville à la table des discussions

 |   |  385  mots
(Crédits : Only Lyon)
La réunion convoquée ce mercredi matin sur le site du musée des Tissus n'a pas vocation à entrer au fond du sujet. Il s'agit d'établir un calendrier après la désignation du cabinet In Extenso qui doit remettre son projet fin mars.

Musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon, suite. La nouvelle réunion qui se tient ce mercredi matin dans les locaux de cette institution fera le plein des parties prenantes du dossier. En effet, Gérard Collomb, le maire et président de la métropole de Lyon réintègre la table des négociations autour de l'avenir de ces musées. Et il sera représenté aujourd'hui par Georges Kepenekian, son premier adjoint et délégué à la culture. Lors de ce nouveau rendez-vous le propos sera d'établir un calendrier après la désignation du cabinet In Extenso chargé d'établir un projet global et ambitieux destiné à sauver ces musées.

S'appuyer sur le musée des tissus

Tous reconnaissent que Michel Delpuech, préfet du Rhône et de la région Auvergne-Rhône-Alpes a joué un rôle essentiel pour éviter la fermeture de ce musée que la CCI Lyon métropole n'a plus les moyens de faire fonctionner seule.

"J'ai tout fait pour éviter le clash en novembre dernier et gagner du temps. Que Gérard Collomb accepte de s'occuper du dossier c'est un signe positif. Et cela ne me surprend pas qu'il s'y intéresse", reconnaissait le préfet lors d'un aparté récent.

L'idée de s'appuyer sur le musée des Confluences (dirigée par Hélène Lafont-Couturier) n'est pas une mauvaise idée".

Fonds de dotation

Pour autant le scénario n'est pas écrit à ce jour.

"Laissons In Extenso mener à bien sa mission. Soit ils sont immédiatement convaincus qu'il faut un musée à part entière. Soit il leur faudra préconiser une alternative. Il faut les laisser travailler", reconnaît Grégoire Giraud, vice président de l'Union des industries textiles et par ailleurs président du groupe Cheynet.

La remise du rapport est fixée à fin mars.

Lire aussi : Le musée des Tissus, un lieu ouvert aux innovations les plus contemporaines

Grégoire Giraud est persuadé que les souscripteurs privés potentiels du fonds de dotation - qui doit s'adosser à la future association de gestion du musée-  n'auront aucune difficulté à aller au-delà de 1 million d'euros de capitaux. Sous réserve que les collections soient bien mises en valeur dans un écrin de qualité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2017 à 14:18 :
Lyon est une ville au passé chargé d'histoires textiles ( la soie, le tissage, la restauration de tissus anciens ) avec des bâtiments tout aussi chargés de cette histoire.
Il convient par conséquent de conserver cette particularité en utilisant tous les moyens d'aujourd hui mis à disposition des citoyens ( financement participatif, aide de la région..)
La gastronomie est déjà une grande absente de la place des terreaux, il faut donc tout faire pour préserver les lieux historiques liés aux tissus tels St jean, Croix rousse et ce musée des tissus qui nous fait rayonner au niveau mondial.
a écrit le 19/01/2017 à 11:38 :
Une solution durable et utile passe obligatoirement, selon moi, par un objectif stratégique clair engageant les parties prenantes (façon pacte d'associés), un business plan, une sélection rigoureuse des acteurs du quotidien, une formule d'intéressement à la réussite (culturelle, médiatique et financière) y compris pour les collaborateurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :