L'UMP François-Noël Buffet promet une gouvernance plus collective

 |   |  530  mots
Gérard Collomb et François-Noël Buffet, lors de l'inauguration de métro à Oullins. © Stéphane Audras/Rea
Gérard Collomb et François-Noël Buffet, lors de l'inauguration de métro à Oullins. © Stéphane Audras/Rea (Crédits : Rea/Stéphane Audras)
Le sénateur-maire d’Oullins, désigné par l’UMP pour briguer le fauteuil de président du Grand Lyon multiplie les rencontres jugeant que les résultats municipaux de mars dernier lui sont favorables. Réponse le 16 avril.

François-Noël Buffet, candidat désigné par l'UMP à la présidence du Grand Lyon, y croit plus que jamais. Pour le sénateur-maire d'Oullins, banlieue Sud de Lyon, déjà impétrant en 2001 et 2008, les résultats des élections municipales de mars dernier parlent d'eux-mêmes : « 49 des 58 communes sont contrôlées par des majorités de droite, divers droite ou du centre. » Fort de ce décompte, il multiplie les rencontres, et a été auditionné le 8 avril dernier par les élus divers droite des petites communes du Val-de- Saône regroupés sous la bannière « Synergies », dont dépend largement l'élection du président, fixée le 16 avril.

Ce groupe sans étiquette est également courtisé par Gérard Collomb, le président socialiste sortant de la communauté urbaine qui avait réussi à les rallier à son exécutif, il y a six ans. « J'ai essayé de les convaincre. Et je parle avec tout le monde », plaide François-Noël Buffet rappelant que les conseillers communautaires (et demain métropolitains) ont cette fois-ci « été élus directement par la population car ils étaient fléchés en tant que tels ».

Une charte avec les communes

Ses arguments ? « J'ai dit que je souhaitais m'engager sur une nouvelle gouvernance, plus claire, plus respectueuse et plus collective », que celle des mandats précédents. D'autant  que de nombreux maires ne sont pas rassurés par la future Métropole, qui prendra naissance le 1er janvier 2015, craignant de perdre des prérogatives.

Aussi, poursuit le postulant UMP, « vais-je proposer la mise en place d'une charte, entre la Métropole et les communes, dans laquelle chacun s'engagera pour redonner confiance ». Par ailleurs, et au motif de prudence financière, il prône la création d'un budget annexe où seront logées les compétences récupérées du département du Rhône, sur le périmètre du Grand Lyon : « aujourd'hui nous ne disposons pas de données précises sur les dépenses et les recettes, mais peut-être Gérard Collomb les connaît-il ? »

Pas de densification uniforme

François-Noël Buffet confirme, par ailleurs, sa volonté de ne pas augmenter la pression fiscale. La croissance du produit des impôts doit venir du « développement économique en attirant de grandes entreprises extérieures, porteuses d'image. Ce qui n'a pas été le cas », défend le maire d'Oullins. Pour ce faire, il estime indispensable la constitution de réserves foncières, « un vrai sujet qui a tardé à être pris en compte ». De même, il critique l'approche actuelle du PLU qui voudrait imposer une « urbanisation uniforme ».

Or, « il faut traiter les territoires de façon diverse, ce qui ne veut pas dire que nous ne construirons plus. Ainsi, à Oullins,  je m'oppose à la densification que l'on voudrait nous imposer dans nos quartiers pavillonnaires. Mais, je n'y suis pas opposé, au contraire, autour du nouveau pôle multimodal desservi notamment par le métro. Il faut travailler dans la dentelle ». Et déconcentrer des services (voirie, propreté, le social) car « pour relever le défi de la Métropole, qui est une bonne chose, il faut gérer correctement la proximité ».

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :