Drones tactiques : un contrat qui donne de l'air à Safran

 |   |  481  mots
(Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
À l'occasion de sa visite du site Sagem (groupe Safran) de Montluçon, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a assisté à la signature d'un contrat de 350 millions d'euros qui permet à l'équipementier le maintien de l'emploi sur ce site.

Le contrat signé mardi 5 avril dans le grand hall d'assemblage du site de Montluçon, sous les yeux des 1 200 salariés, est une vraie bouffée d'oxygène pour Safran. Le marché passé avec l'armée de terre, d'un montant de 350 millions d'euros, prévoit en effet la livraison de 2 systèmes opérationnels destinés à l'armée de terre, composés chacun de 5 vecteurs aériens de type Patroller, 2 stations sol pour le pilotage et le contrôle des drones et des moyens de communication.

Il comprend également l'acquisition d'un système de 4 vecteurs aériens et 2 stations sol pour la formation et l'entraînement en métropole, ainsi que l'acquisition du système de soutien. Il couvre par ailleurs le maintien en condition opérationnelle pendant une durée de 12 ans.

Maintien de l'emploi

Une opération plutôt très bien venue pour le premier employeur privé de l'Allier qui voyait son activité décliner depuis plusieurs mois.

"Le Patroller est un gage de pérennité pour l'établissement sur l'activité assemblage du drone. Il y avait un horizon d'activité en diminution, désormais nous savons qu'il y aura le maintien d'une trentaine d'emplois sur site et peut-être des embauches dans l'avenir", analyse Cyril Bouytaud, directeur d'établissement.

Ces nouveaux drones de renseignements remplaceront les systèmes actuels (SDTI), en service depuis 2004 au 61e régiment d'artillerie de Chaumont.

"Le programme SDT répond au besoin opérationnel de l'armée de terre en offrant des performances accrues en termes d'endurance, de qualité des images produites et d'empreinte logistique ainsi qu'une capacité de recherche plus efficace obtenue par une approche multi-capteurs", assure la direction du groupe.

Selon les techniciens de Safran, le nouveau drone Patroller serait ainsi capable de reconnaître des détail de 50 centimètres à plus de trois kilomètres de haut.

"Une filière de drone est en train de naître en France"

"C'est une grande satisfaction de constater la qualité et la performance de l'industrie de défense française, ici à Montluçon, qui est une ville de longue tradition industrielle. Nous sommes en train de créer une filière drones en France alors qu'elle était balbutiante", reconnait Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

De quoi rassurer la direction de Safran :

"Fort des 25 ans d'expérience de Sagem dans les drones tactiques, le choix du Patroller confirme la position de premier plan de l'industrie française dans le secteur des drones de surveillance en Europe. Nos équipes sont prêtes et elles seront à la hauteur de cette marque de confiance que le pays vient de nous accorder."

Lire aussi : Delta Drone, radiographie du crash

Ce nouveau contrat signé avec l'armée de Terre devrait permettre non seulement de préserver les emplois locaux à Montluçon, mais de doper l'activité et de permettre de nouvelles embauches dans un avenir proche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :