L'Auvergne, l'autre région de l'aéronautique

 |   |  785  mots
(Crédits : <small>DR</small>)
Les clusters aéronautiques de Rhône-Alpes et Auvergne fusionneront en janvier 2016 pour donner le cluster A4R. La forte présence de l'Auvergne au Salon du Bourget illustre le poids de la filière sur le territoire, avec une centaine d'entreprises et près de 11 000 emplois directs, et plus du double dans la future grande région.

Cette année, les deux stands Auvergne et Rhône-Alpes étaient installés côte à côte dans le Hall 4 du Salon du Bourget, sous une bannière commune Auvergne-Rhône-Alpes. C'est le premier signe tangible d'un rapprochement qui s'est concrétisé le 16 juin.

Les clusters aéronautiques des régions Rhône-Alpes (Aérospace Cluster in RA) et Auvergne (AVIA) ont annoncé leur fusion au 1er janvier 2016. Le projet sera présenté aux assemblées générales des deux associations cet automne.  Cette alliance baptisée A4R - Alliance for Air (Alliance aéronautique Auvergne Rhône-Alpes), donnera naissance à l'un des plus importants clusters aéronautiques français dans une grande région forte de 350 entreprises aéronautiques, soit de plus de 30 000 emplois directs et 3.3 milliards d'euros de chiffres d'affaires annuels.

Un chance à l'international

"Le rapprochement avec Lyon ne peut être qu'une bonne chose pour les entreprises auvergnates, qui vont se retrouver catapultées dans une autre dimension. Il y a quelques décennies, on aurait dit qu'on agrandissait notre zone de chalandise, aujourd'hui le marché étant très orienté sur quelques grands donneurs d'ordres situés sur tous les continents, je dirai que le rapprochement avec Lyon sera une chance pour que les entreprises unissent leur force plus facilement pour remporter des marchés à l'international.", souligne Serge Luquain, président du cluster Avia et dirigeant de Techni-Modul Engineering.

Actuellement, l'Auvergne est la 7e région de France sur le plan aéronautique (ex æquo avec Rhône-Alpes). Sa forte présence au Salon du Bourget illustre le poids de la filière dans l'économie auvergnate qui compte plus de 11 000 salariés, pèse 1,27 milliard d'euros, et affiche un taux de croissance de 10 % entre 2011 et 2013. La spécificité auvergnate se trouve particulièrement en amont et en aval de la chaîne de valeur aéronautique.

En amont et en aval de la chaîne de valeur

La majorité des 98 entreprises du secteur présentes sur le territoire, sont positionnées sur les grands programmes aéronautiques et spatiaux, et traitent avec les grands noms : Airbus, Boeing, Embraer, Dassault.

"Nos faiblesses, hormis bien entendu notre taille sur l'échiquier national et international, reste l'implication de nos grands donneurs d'ordres pour animer la filière et dynamiser le cluster AVIA", reconnaît cependant Serge Luquain.

En amont de la chaîne, la région s'affirme comme acteur majeur dans l'élaboration et le travail du métal avec des sociétés comme Aéro13 ou Auvergne Aéronautique. En décembre dernier, Auvergne Aéronautique a par exemple remporté deux importants contrats avec Airbus, dont un portant sur le nouvel A350-1000.

 L'A400M en maintenance à Clermont

"L'Auvergne reste à son échelle bien positionnée sur la fabrication et la transformation des métaux, avec deux fournisseurs de premier rang international que sont Aubert et Duval et Constellium, mais aussi avec de nombreuses sociétés PME-TPE dans la fabrication de pièces", précise Serge Luquain. "Le second atout de la région actuelle est sans conteste l'activité maintenance et réparation aéronautique."

En effet, en aval, la filière en Auvergne excelle en matière d'entretien des avions civils et militaires (AIA, Hop Régional, Enhance Aéro...). En janvier, l'Airbus A400M est ainsi entré en maintenance à l'AIA (Atelier industriel de l'aéronautique) de Clermont-Ferrand, une première Européenne.

Serein sur le rapprochement

Le président d'AVIA reste serein sur l'accueil que feront les entreprises auvergnates au rapprochement :

"Plus que de difficultés ou de contraintes je parlerai de craintes que peuvent avoir légitimement les patrons de nos PME. Peur de se retrouver noyé dans une zone tellement grande où nous perdrions toute identité. Mais lors de la toute première réunion entre Aérospace Cluster in RA et AVIA, nous avons été sensibles au fait que l'ensemble de la gouvernance nous a montré son intention de faire de ce rapprochement une force pour la nouvelle et grande région, dans laquelle les entreprises auvergnates auraient toute leur place."

Le chef d'entreprise rappelle également que des projets ont déjà été menés par le passé par des entreprises des deux régions :

"Avec Isojet nous partageons des forces commerciales à l'export. Cela nous permet de part et d'autre d'exporter plus de 80 % de nos chiffres d'affaires respectif. Nous avons d'ailleurs créé ensemble une filiale à Dallas aux États-Unis".

L'Auvergne compte également dans ses rangs un petit constructeur d'avions : Issoire Aviation (Rexiaa Group). Des centres de recherche (Institut Pascal, Polydyam, 2MATECH). "Enfin, AVIA s'est depuis le début beaucoup impliqué dans la réalisation du CAMPUS pour la formation aux métiers de l'aéronautique", conclut Serge Luquain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :