"L'ubérisation ne doit pas toucher l'enseignement de la conduite automobile"

 |   |  627  mots
(Crédits : DR)
Patrice Bessone, président de l'Education routière du CNPA qui tiendra son 54 congrès national à Lyon, du 2 au 4 juin, s'insurge contre l'ubérisation pratiquée par des plateformes mettant en relation des moniteurs de conduite et des jeunes. Il attribue l'augmentation du nombre de tués sur les routes à des enseignements bâclés. Au plan économique il dénonce une distorsion de concurrence.

Acteurs de l'économie-La Tribune. Le 54e congrès national du CNPA (Conseil national des professions de l'automobile)* qui s'ouvre ce vendredi à Lyon pour trois jours, sera marqué par la signature...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2017 à 20:58 :
Les auto-écoles représentent un secteur particulièrement attaqué, et est plongé dans une grave crise existentielle pour ces entreprises comme pour leur 25.000 salariés !!
On reproche aux auto-écoles d'être trop chères .
Mais soyons réaliste : quel salaire horaire considéreriez-vous comme la juste rémunération du travail fourni ??
Un salaire à 12 € net, avec les charges salariales + les charges patronales, ça monte à 19 € coût réel ! Vous rajoutez 10% pour payer les congés payés et vous êtes à 20.90 €... Dans les frais incompressibles, vous avez la location de voiture, qu'on peut estimer HT, à 450€/mois, soit pour 150h mensuelles, un coût de 3€ de l'heure... on arrive déjà à 23.90 € auxquels il faut quand même rajouter le carburant, les voitures n'étant pas des voitures à pédales : compter 3€ de l'heure également et on est déjà à 26.90 € horaire !!!
Du côté du prix de vente, si on part par exemple de 45 € TTC/heure (dans mon auto-école, on est largement en dessous!), il faut ramener ce chiffre de 20% après paiement de la TVA à l'Etat, et le prix de vente n'est en fait plus que de 36 € HT !!!
On a vu que les principales dépenses variables atteignaient le coût de près de 27€, et il ne reste donc plus que 9 € par heure de travail pour financer tout le reste !!!
Et tout le reste, c'est (liste loin d'être exhaustive) :
- assurances auto, assurances pro, assurances locaux, garantie financières...
- réparations auto, remise en état en fin contrat de location, entretiens, pneus, etc...
- location de locaux (qui sont obligatoires!), chauffage, eau, EDF, téléphonie,..
- amortissement mobilier, matériels informatiques et vidéos, abonnements des liens avec préfecture (printel), abonnement accès code en ligne, abonnement logiciels auto-écoles, cout de création et de gestion site internet, ...
- coût du personnel administratif, ...
- prise en charge des absences d'élève en cas de force majeure (faut bien payer le salarié quand même...)
- prise en charge des temps de formation, de réunions pour le suivi des dossiers, etc
J'en passe et des meilleurs !!
Et tout ça, bien sur, à financer avec les 9 euros calculés ci-avant !!!
J'aimerais savoir quel est le salaire de ceux qui trouvent que les moniteurs sont trop payés !
J'aimerais savoir si, lorsque le client fait défaut, ceux qui trouvent que les moniteurs sont trop payés, s'ils accepteraient, eux d'être non-rémunéré jusqu'à ce que le client daigne honorer son rendez-vous ;
Les élèves ont besoin de leur permis, ça je veux bien l'entendre !
Que lorsqu'on est étudiant, lycéen ou débutant dans la vie active, on a peu de moyens financiers, ça je veux bien l'entendre aussi !
Qu'un chômeur ait besoin de son permis pour trouver du travail, et que pour pouvoir payer son permis, il ait besoin de travailler, je le conçois !
Mais est-ce au moniteur auto-école de faire du bénévolat ???
Si il doit y avoir un effort de solidarité, c'est à l'état de le financer !!!
Y a 20% de TVA sur le prix de vente d'une formation en vue du permis : on pourrait gagner une baisse de 15% en passant à une TVA à 5.5% !!
On pourrait passer à une prise en charge universelle de la formation à la conduite en prévoyant, comme pour les établissements scolaires sous contrat, une prise en charge par le budget de l'Education Nationale, d'un forfait horaire pour préparer son code et sa formation conduite, avec un "chèque permis" accepté dans les auto-écoles agréées par les préfectures !!!

Voilà 2 exemples d'aide à la formation qui sont du ressort de l'Etat : qu'il prenne réellement ses responsabilités, au lieu de demander aux auto-écoles de baisser le prix d'une heure de leçon déjà si peu rémunérateur !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :