Des crevettes pour chasser les eaux toxiques

 |   |  789  mots
(Crédits : DR)
Biomae, jeune pousse basée dans l'Ain, a fait de la mesure de la toxicité des cours d'eau le cœur de son expertise grâce à l'utilisation de petites crevettes d'eau douce, nommées gammare. Portée par la directive-cadre européenne sur l'eau, elle compte doubler son chiffre d'affaires l'an prochain.

Adultes, ils ne mesurent que quelques millimètres. Et pourtant, ils permettent d'analyser la pollution de l'eau, et plus précisément sa toxicité. Ils, ce sont les gammares, de petites crevettes...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :