Elections syndicales TPE : "Les enjeux sont indirects et très techniques"

 |   |  361  mots
(Crédits : DR)
Delphine Bretagnolle, avocate spécialisée en droit social au sein du cabinet Delsol Avocats explique la raison du désintérêt pour le scrutin syndical dans les TPE. Un scrutin qui a démarré le 30 décembre 2016 et prend fin le 13 janvier.

Acteurs de l'économie-La Tribune : Les salariés des TPE et les employés des particuliers* sont appelés à voter (depuis le 30 décembre 2016 et jusqu'au 13 janvier) pour désigner les organisations syndicales qu'ils souhaitent voir les représenter. Or, le taux de participation est désastreux : 5 % selon les chiffres connus le 9 janvier dernier. C'est deux fois moins qu'il y a quatre ans. Comment expliquez-vous ce désintérêt ?

Je ne suis pas sûre que la campagne d'information ait touché suffisamment de salariés. Je pense aussi que ce désintérêt manifeste peut s'expliquer par l'objet de ce scrutin qui n'est pas très concret pour les salariés concernés.

Le mode de scrutin électronique et sur une étiquette (un syndicat et non un représentant physique) serait-il trop impersonnel ?

C'est à mon avis une des raisons de cette faible participation. Il leur est demandé de voter non pas pour désigner directement des représentants, mais pour participer à la mesure de l'audience syndicale globale au niveau national et des branches d'activités. C'est sans doute trop éloigné de leurs préoccupations.

Lire aussi : Elections syndicales dans les TPE: pas de rallonge mais des assouplissements

Et pourtant ce scrutin n'est pas anodin puisque précisément, les résultats entreront dans les calculs de la représentativité des organisations syndicales. Les enjeux sont-ils mal compris ou insuffisants ? Est-ce tout simplement le reflet du manque d'engouement en France pour la syndicalisation ?

C'est en effet sur la base de l'audience de chaque syndicat, mesurée en intégrant les résultats de ces élections que seront déterminés les syndicats dits "représentatifs" au niveau national et des branches d'activités, les conseillers prud'homaux et les représentants des salariés dans les différentes commissions paritaires régionales interprofessionnelles créées par la loi Rebsamen de 2015.

Les enjeux sont donc indirects et très techniques. Ils ne sont sûrement pas assez connus ce qui explique sûrement, en plus de la faible syndicalisation des salariés, leur désintérêt pour ces élections.

*Ces élections concernent 4,5 millions de salariés des TPE et particuliers employeurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2017 à 0:32 :
On change les dates des élections 15 jours avant la période de vote ! même les professions de foi accompagnant les bulletins sont faux ! Comment voulez-vous prendre ces élections au sérieux !!
a écrit le 14/01/2017 à 0:31 :
On ca les dates des élections 15 jours avant la période de vote ! même les professions de foi accompagnant les bulletins sont faux ! Comment voulez-vous prendre ces élections au sérieux !!
a écrit le 14/01/2017 à 0:27 :
Outre le peu d'info, il y a les mensonges de cette élection !
J'ai entendu parler des collègues à propos de ces élections : du 30 décembre au 13 janvier inclus ! SUPER... je n'avais pas beaucoup de temps ce vendredi, alors ma décision était prise : on votera ce soir ! Ni une ni deux, j'ai convaincu 10 de mes collègues qui n'avaient pas voté à venir prendre un apéro à la maison, et mon bureau était désigné "isoloir" pour que chacun vote électroniquement...
SUPER, ...sauf que lorsqu'on s'est connecté : fin des votes à 19h !!! pour moi, internet, ça marche AUSSI la nuit, sans compter les salariés qui bosse en soirée !!!
Bref, ce manque d'info est selon moi à la limite d'un motif d'invalidation des résultats !
Je dis "à la limite", parce qu'après tout, j'en ai rien à f... et aux prochaines élections syndicales, on sera une dizaine de salariés en plus à s'abstenir !
Bonne soirée

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :