"L'enseignement supérieur est absent du débat présidentiel 2017" Anne-Lucie Wack (CGE)

 |   |  1439  mots
(Crédits : DR)
En septembre 2016, la Conférence des grandes écoles (CGE) formulait 24 propositions pour "faire réussir la jeunesse" et réformer l'enseignement supérieur à l'adresse des candidats à la présidentielle. Parmi les principaux sujets abordés, l'ouverture sociale ou la réussite en premier cycle. Entretien avec Anne-Lucie Wack, présidente de la Conférence des grandes écoles et directrice générale de Montpellier SupAgro, à l'occasion de sa venue à l'INSEEC Lyon.

Acteurs de l'économie - La Tribune. La Conférence des grandes écoles (CGE), dont vous êtes la présidente, a formulé 24 propositions pour l'enseignement supérieur et la recherche en amont de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2017 à 11:21 :
"L'enseignement supérieur est absent du débat présidentiel 2017". Bigre.
Cet état de fait ne me paraît être, ni une anomalie, ni particulièrement surprenant. Les élections présidentielles sont faites pour élire un président de la république et non un ministre de l'éducation nationale. Par ailleurs, depuis que la France et ses dirigeants successifs ont accepté de diluer la nation dans le reste du monde, il est devenu courant, comme le fait madame Wack, de confondre l'élection du PDLR avec celle d'un gouverneur-administrateur d'une province européenne qui serait chargé de s'occuper de l'intendance administrative. L’intérêt pour l'enseignement supérieur français déclinerait, que madame Wack se rassure, il l’intérêt pour la France éternelle qui l’a créé a lui aussi disparu. Il n'y a plus de France aujourd'hui - la francité étant seulement défendue par quelques amis africains - mais une réserve française imbibée de sodas, fière de consommer des Hamburgers, de voyager à petits prix avec les "low cost" (quelle horreur !!!), d’inscrire ses enfants dans les business schools, qui s'enorgueillit de polluer sa langue (y compris à l'université et dans les grandes écoles complètement mondialisées) de mots et d'expressions tirés d'un anglais appauvri (soupe populaire mondiale). Il n'y a plus de France, donc plus d'enseignement supérieur français, et c'est pour cela que vous n’intéressez plus les licenciés en histoire et autres HEC que votre système a produit. Si, il reste l'enseignement supérieur que vous représentez mais il n'est plus l'image et la fierté de la France, il est la vitrine de la mondialisation. Si vous êtes en manque de reconnaissance, faites-vous inviter à Bruxelles ou à Davos, je suis absolument sûr qu'ils vous réserveront un petit quart d'heure de parole.
a écrit le 24/03/2017 à 9:27 :
Heu... vous avez vu le niveau intellectuel de 5 candidats médiatiques ?

On aimerait déjà bien qu'ils aient une notion de l'enseignement tout court, vous êtes bien exigeante je trouve !
a écrit le 23/03/2017 à 15:58 :
je vais rassurer cette dame
tout est absent du debat presidentiel, sauf les costumes de fillon, la couleur des chaussures de fillon, les membres de la famille de fillon qui auraient ete embauches a un moment donne, etc etc etc
une election a la trump ca va donner un resultat a la trump
a écrit le 23/03/2017 à 14:36 :
Les présidentielles n'est pas un débat gouvernemental, attendre les législatives pour cela! Sinon ce serai mettre notre Président au service de la zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles et n'en faire qu'un simple préfet!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :