Daniel Karyotis : "Banque Populaire Auvergne Rhône-Alpes sera la banque de la complexité"

 |   |  4014  mots
(Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Il est aux commandes du mariage de trois établissements composant la première Banque Populaire de France (3 800 salariés et 732 millions d’euros de PNB) : Daniel Karyotis, jusqu’alors directeur général de BPCE, pilote un chantier aussi considérable que sensible puisqu’il fusionne des réalités économiques, sectorielles, sociales, territoriales et humaines fortement disparates, dans un contexte bancaire lui-même soumis à une forte pression. Ses qualités de management et d’organisation seront mises à l’épreuve des enjeux de "transformation" – en matière de métiers, de marchés, de socle social, de mobilité, de digitalisation, et d’uniformisation informatique. Ce qui fait écho à son objectif ultime, que le sociologue Edgar Morin auteur de "La Méthode" ne renierait pas : "faire de la Banque Auvergne Rhône-Alpes la banque de la complexité".

Le 8 décembre, nous révélions dans nos colonnes l'existence de dissensions au sein de la gouvernance de la "nouvelle" Banque Populaire Auvergne Rhône-Alpes, officiellement créée la veille à l'issue...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2016 à 15:05 :
En tant que client d'une des entités intégrée dans la fusion, je ne veux pas de complexité, mais conserver des relations de connaissance réciproque avec mes conseillers, et ne pas devenir un n° face à un personnel en turnover permanent..
a écrit le 15/12/2016 à 9:52 :
"La banque de la complexité" : ça donne vraiment envie d'en être client ! Ça commence bien, bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :