Banque populaire Auvergne Rhône-Alpes : sitôt née et déjà un malaise

 |   |  781  mots
(Crédits : DR)
L'issue des assemblées générales des trois entités "Loire et Lyonnais", "Alpes" et "Massif central" de Banque populaire qui se sont déroulées le 7 décembre et ont entériné la fusion Banque Populaire Auvergne Rhône-Alpes - plus important assemblage du groupe mutualiste dans l'Hexagone avec 3 800 salariés et 732 millions d'euros de PNB -, n'est pas celle qui était attendue. Au long fleuve tranquille annoncé se sont imposés quelques hauts creux, provoqués par d'importantes discordes sur la gouvernance. Si bien que pour l'heure le bureau n'est pas composé et les vice-présidents ne sont pas nommés.

Daniel Karyotis, désormais directeur général de Banque populaire Auvergne Rhône-Alpes, avait raison de prévenir le 6 décembre lors de la conférence de presse sous embargo : il fallait attendre le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2016 à 22:02 :
?????
a écrit le 09/12/2016 à 13:16 :
Ce sont deux régions totalement différentes ce n'est pas étonnant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :