Triporteurs électriques : Kleuster accélère en rejoignant Jean Lain Automobiles

 |  | 939 mots
Lecture 5 min.
Le triporteur Freegônes se décline en quatre gammes : street food, livraison, espaces verts et propreté. Il est capable « de monter des pentes de plus de 16% avec une charge utile de 350kg tout en disposant de 80km d’autonomie. »
Le triporteur Freegônes se décline en quatre gammes : street food, livraison, espaces verts et propreté. Il est capable « de monter des pentes de plus de 16% avec une charge utile de 350kg tout en disposant de 80km d’autonomie. » (Crédits : Kleuster)
Cet été, Kleuster, le fabricant lyonnais des triporteurs à assistance électrique commercialisés sous la marque Freegônes, a rejoint le giron du groupe de distribution automobile savoyard Jean Lain. Une nouvelle étape dans l’évolution de cette société axée sur les nouvelles mobilités, qui devrait lui permettre d’accroître considérablement la production et la distribution de son produit "100 % made in France".

C'est l'histoire d'une petite société de la métropole lyonnaise, qui grandit en s'appuyant sur le besoin de ses utilisateurs. Fondatrice de la marque Kleuster, la société EMD, créée en 2012 à Champagne au Mont d'Or (Rhône), a eu l'idée de lancer une gamme de triporteurs à assistance électrique, Freegônes, qu'elle conçoit et commercialise.

Une gamme qui est née en auditant les besoins de ses futurs utilisateurs : "Le triporteur à assistance électrique était intéressant, parce que ça n'existait pas encore sur le marché, et cela répondait aux besoins des utilisateurs. On a aussi été les premiers à fournir le loueur de camions frigorifiques Petit Forestier et, en fonction des retours, on s'est adaptés", raconte Gérard Têtu, fondateur d'EMD et de Kleuster.

La compagnie a d'abord tenté de réaliser une levée de fonds de 3 millions d'euros pour industrialiser et structurer ses équipes (SAV, pièce détachée, distribution). Celle-ci n'aura finalement pas abouti, l'un des partenaires financier étant trop affaibli par la crise sanitaire actuelle.

Gérard Têtu alors placé son entreprise en redressement judiciaire, en attendant d'être...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :