Mobilité  : Ubitransport lève 45 millions d'euros et change de dimension

 |   |  623  mots
(Crédits : DR)
Grâce à cette première levée de fonds, la société basée à Mâcon (Saône-et-Loire), qui développe des solutions numériques de gestion des réseaux de transports publics de voyageurs, entend devenir un "acteur mondial" de la mobilité. Selon son dirigeant, Ubitransport dispose désormais des moyens financiers pour nourrir son hypercroissance.

Après sept premières années de développement assurées exclusivement sur fonds propres, Ubitransport frappe fort pour sa première augmentation de capital. La société basée à Mâcon (qui dispose également de bureaux à Lyon, Cagnes-sur-Mer et Montréal) lève 45 millions d'euros auprès d'Essling Expansion et d'un pool bancaire constitué autour du Crédit Agricole Centre-Est.

" Une nouvelle étape dans la vie d'Ubitransport ", selon son dirigeant Jean-Paul Medioni, qui veut faire de la start-up (10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018, 55 collaborateurs) un leader mondial des Systèmes de transport intelligents (STI) avec sa solution numérique de gestion en temps réel des réseaux de transports publics de voyageurs (optimisation de l'exploitation par géolocalisation des bus, billetique, information voyageurs...).

D'abord imaginé pour les opérateurs de transport scolaire, le système d'Ubitransport, qui repose sur les technologies smartphone et cloud, s'est ouvert au transport urbain pour équiper désormais 120 réseaux de transport en France, dont plusieurs agglomérations de taille moyenne (Macon, Auxerre, Périgueux, Laval, Pau, Rodez...). Passée de 1,2 à 10 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel en l'espace de trois ans, Ubitransport - qui table sur 15 millions d'euros de chiffre d'affaires à fin 2019 - est une scale up en pleine phase d'hypercroissance.

" Pour être honnête, le développement aussi rapide de la société est inattendu. On surperforme par rapport à ce que j'imaginais lorsque j'ai créé la société, mais il y a une explication : la filière était en attente de solutions pour répondre aux multiples enjeux de la mobilité, qu'ils soient environnementaux, sociétaux, de développement du territoire... ", analyse Jean-Paul Medioni.

" Une solution moins chère et rapide à déployer "

La clé de ce démarrage réussi réside en partie sur le positionnement d'Ubitransport qui a commencé par cibler les villes médianes et zones peu denses pour lesquelles les systèmes de transports intelligents "classiques " n'étaient pas adaptées.

" Ces collectivités et opérateurs de "petits" réseaux de transport n'ont pas la capacité financière, organisationnelle ni technique pour intégrer des systèmes souvent lourds et complexes. Nous avons donc pris en compte ces impératifs pour développer des solutions moins chères et rapides à mettre en place ", avance Jean-Paul Medioni.

Parallèlement à son déploiement pour optimiser la gestion des petits réseaux de bus, les équipes techniques d'Ubitransport ont adapté la technologie pour des opérateurs de réseaux plus importants.

" Nous sommes montés en puissance pour désormais être capable de nous adresser aux collectivités de toutes tailles, des communautés de communes jusqu'aux régions ", poursuit le dirigeant.

Les effectifs bientôt multipliés par trois

Galvanisé par cette levée de fonds de 45 millions d'euros, Ubitransport entend désormais accélérer son déploiement, notamment à l'international.

" Le montant de cette levée de fonds est aussi un message que l'on fait passer : Nous avons de l'ambition et les moyens d'innover encore plus pour jouer dans une compétition mondiale avec des concurrents allemands, américains ou israéliens ", affirme Jean-Paul Medioni.

Preuve du changement de dimension d'Ubitransport, le dirigeant a annoncé le lancement d'un "programme d'acquisitions" aussitôt l'augmentation de capital bouclée. Les cibles : des entreprises qui apporteront de nouvelles briques technologiques ou qui permettront d'ouvrir un nouveau marché à l'international.

La société macônnaise prévoit également de recruter massivement pour gonfler ses équipes.

" Nous devrions être près de 80 collaborateurs à la fin de l'année, et 150 l'année prochaine ", annonce le dirigeant.

Des salariés qui intégreront notamment les locaux du H7 à la Confluence, le lieu totem de la French Tech lyonnaise, où Ubitransport vient d'installer de nouveaux bureaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :