Pourquoi l'A45 ne devrait pas se faire en l'état, selon le rapport Duron

 |   |  1108  mots
(Crédits : Yann Petiteaux)
Nouvel écueil de taille pour les partisans de l’A45. Le rapport du Conseil d’orientation des infrastructures, présidé par l’ex-député socialiste Philippe Duron, préconise un report de la signature de la concession. Et appelle les acteurs locaux à trouver une solution plus consensuelle.

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

L'information avait commencé à fuiter hier soir, l'ex-député socialiste et président du Conseil d'orientation des infrastructures Philippe Duron a confirmé ce matin en dévoilant dans le quotidien Le Parisien les grandes lignes du rapport qu'il a rendu en ce début d'après-midi à la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Rapport qui doit permettre au gouvernement de faire des choix "réalistes, en adéquation avec les besoins des Français au quotidien".

Le couperet est donc tombé : dans un contexte contraint budgétairement, l'A45 ne fait pas partie des projets d'infrastructures obtenant son feu vert. Le rapport de concession est prêt mais les probabilités sont fortes pour que le gouvernement ne signe pas tout de suite ce projet l'engageant sur une participation de 400 millions d'euros.

L'arrivée sur Lyon à régler d'abord

S'il reconnait que l'A45 doit apporter une "solution fiable et performante" entre Lyon et Saint-Etienne pour améliorer l'attractivité de cette dernière, s'il admet que les conditions de déplacement sont difficiles entre les deux agglomérations, le rapport...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :