Hyperloop : Saint-Étienne - Lyon, fast and curious

 |   |  1851  mots
(Crédits : DR ADE)
Tirée des rêves visionnaires d'Elon Musk, l'idée de placer la capitale ligérienne à dix minutes à peine de la métropole lyonnaise grâce à un train supersonique - hyperloop - se déplaçant à 1 200 km/h pourrait-elle devenir, un jour, réalité ? Les contraintes techniques et financières sont telles qu'une liaison de ce type entre Lyon et Saint-Étienne semble plus qu'hypothétique. Séduisant au premier abord, un train futuriste aurait des conséquences dramatiques pour l'économie stéphanoise si le projet ne s'insérait pas dans une réflexion globale d'aménagement du territoire et de gouvernance métropolitaine. Néanmoins, imaginons...

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

"Imaginez..., Lyon et Saint-Étienne deviendraient une seule et même grosse agglomération. Celle-ci serait de fait l'égale des grandes capitales européennes. Pourquoi ? Parce qu'elle aurait deux équipes de foot de haut niveau, comme Madrid, Barcelone, Londres, Milan ou Rome." Au-delà de la boutade, le Stéphanois Fabien Soler, directeur de l'antenne départementale du pôle de compétitivité Minologic, pointe du doigt l'évolution majeure que générerait un rapprochement entre les deux villes. À savoir, non pas la cohabitation de deux clubs historiquement ennemis dans un même périmètre géographique, mais la création d'une nouvelle aire urbaine, une mégapole provinciale qui pourrait bouleverser l'équilibre de la région.

La concentration évoquée ici n'est ni politique, ni économique, ni administrative. En réalité, elle est un peu tout à la fois. Il s'agit du rapprochement, radical, que pourrait instaurer la création d'une liaison hyperloop entre les deux villes. Sujet posé sur la table, il y a déjà plusieurs mois, par Christian Brodhag, enseignant-chercheur à l'école des Mines de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2018 à 17:53 :
Une honte ! Pourquoi un titre en Anglais ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :