Uber : "Il y aura des UberPop à Lyon ce week-end"

 |  | 340 mots
(Crédits : © Sergio Perez / Reuters)
Après l'interdiction du service UberPop décidée par le préfet du Rhône ce jeudi, la filiale française du groupe de VTC réagit en se positionnant sur le plan du droit. Et dans ce cadre, leur service n'est pas illégal, selon les dirigeants d'Uber.

Après la décision du préfet Michel Delpuech d'interdire le service UberPop à Lyon, l'entreprise concernée a décidé de réagir ce vendredi.

"Nous nous plaçons sur le terrain du droit. Aucune loi n'interdit actuellement le service UberPop. On conteste donc l'arrêté, qui dans les faits, ne changera rien. Il sera donc possible de trouver des véhicules UberPop à Lyon ce week-end", affirme Thomas Meister, directeur de la communication de l'entreprise.

La filiale française du groupe de VTC fustige les décisions des préfets, à Lyon comme ailleurs : "Les arrêtés préfectoraux sont une interprétation de la loi. Dans un État de droit, l'interprétation de celle-ci revient normalement à la justice. C'est une surenchère administrative", poursuit M. Meister.

"Ces décisions alimentent un discours ambiant faux"

Contacté par Acteurs de l'économie, la préfecture explique que "l'activité UberPop ne relève ni de la réglementation du transport public particulier de personnes (taxis, VTC, véhicules motorisés à deux ou trois roues, ...), ni du covoiturage." Le préfet met notamment en avant les risques liés à la sécurité et à l'assurance des conducteurs et des passagers, et de possibles troubles à l'ordre public.

Sur ce dernier point, le dirigeant d'Uber, affirme pour sa part, que cette décision préfectorale a un effet contre-productif :

" Elle alimente un discours ambiant faux, assurant que notre service est illégal et qu'il engendre une concurrence illégale", commente le dirigeant. Et cela encourage les chauffeurs de taxi à réagir violemment. Pourtant les préfets sont garants de la sécurité publique".

Question prioritaire de constitutionnalité

L'entreprise affirme donc se positionner uniquement par rapport au droit, en interpellant les plus hautes instances du pays.

"La justice suit actuellement son cours sur plusieurs procédures. Nous avons déposé une question prioritaire de constitutionnalité portant sur la définition précise du transport de personnes à titre onéreux", explique Thomas Meister.

Celle-ci doit être traitée par la Cour de cassation dans les prochains jours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2015 à 18:57 :
C'est facile de faire des guet à penser .. on va casser du taxi ce soir les uber pop ?
a écrit le 22/06/2015 à 10:17 :
Soutien total aux taxis! Ne vous laissez pas mourir face à des gens qui ne pensent qu'à l'argent facile!! Uberpop est illégal, d'ailleurs lorsque des taxis bloquent des conducteurs uberpop et appellent la police, la police embarque le conducteur uberpop et pas les taxis...uber et ses milliards....Depuis février dernier, des opérations de police ciblées sont effectuées pour débusquer les chauffeurs à Toulouse, en collaboration avec les taxis. Huit procédures ont été transmises au parquet. Cinq d'entre elles sont en cours d'instruction. La première condamnation est tombée il y a deux mois. «Et nous allons mettre en place un contrôle poussé des comptes en banque des contrevenants, avec le fisc et les douanes, pour prouver les mouvements d'argent, et donc l'exercice illégal de cette profession réglementée». Des affichettes ont été distribuées aux taxis. «Elles expliquent aux passagers qu'ils sont en sécurité dans un taxi, mais qu'en cas d'accident dans un de ces autres véhicules, ils seront totalement démunis».
Continuez à jouer les uberpop ça ne va pas durer.
a écrit le 21/06/2015 à 14:18 :
Je fais parti des conducteurs uberpop visé par la scandaleuse "action" menée la nuit dernière devant la gare des Brotteaux.

Une quinzaine de taxis bloquaient la rue pour "casser du uber". J'ai réussi à m'enfuir mais j'ai eu très peur. Tout cela sous les yeux de la police, qui laisse cette mafia faire la loi.

Messieurs les taxis, touchez à ma voiture et c'est avec un acharnement juridique sans faille que je vous enverrai au trou.

Et ne me parlez plus de "travail au noir", vous qui ne déclarez presque jamais vos recettes en espèces (votre terminal CB est bien souvent en panne d'ailleurs).

Vos comportements violents vous discréditent à jamais. Votre monopole n'a plus de sens. N'ayez crainte, les conducteurs et passagers d'Uber se rebelleront.

La liberté a gagné.
Réponse de le 21/06/2015 à 16:18 :
Tu sais quoi de ce qu'ils déclarent !!??
Uberpop est interdit alors tes menaces........
Réponse de le 21/06/2015 à 16:24 :
Et même en déclarant juste 1/10eme , un taxi(juste un seul ) paiera toujours beaucoup plus que " uber France" et que tout les Uberpop réunis .
Réponse de le 21/06/2015 à 17:06 :
J'en sais qu'il est très fréquent de ne pas pouvoir payé par carte bleu, étonnant non ? Ça m'est arrivé des dizaines de fois, idem pour pas mal de mes amis. Les chauffeurs uberpop sont auto entrepreneur donc dans les règles.
a écrit le 19/06/2015 à 19:25 :
À vendre, licence de taxi,cause sert plus à rien...
Réponse de le 20/06/2015 à 20:20 :
J'achète....comme la loi et les arrêtés ne sont pas respectés et ceci OUVERTEMENT J'achète également pour un euro symbolique la maison et les voitures du responsable com d'uber.....les taxis dans ce far West installé sont les indiens
Réponse de le 21/06/2015 à 14:25 :
La chasse au pop est ouvert à lyon depuis samedi soir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :