Hollande dément l'attribution de lignes pour Qatar Airways à Lyon

 |   |  332  mots
Le président de la République réfute que l'attribution de lignes aériennes du Qatar vers Lyon et Nice fasse partie du dernier contrat du Rafale avec l'émirat.

Selon le président de la République François Hollande, l'attribution de lignes aériennes n'a pas fait l'objet des négociations dans le dossier de la vente de Rafales au Qatar.
Nos confrères du Monde et des Échos avaient notamment affirmé, ce lundi, que l'émirat avait obtenu de la France des droits au trafic pour la compagnie Qatar Airways afin de desservir Lyon et Nice.

"Ce contrat n'a pas fait l'objet de négociations sur d'autres sujets que l'avion Rafale et des matériels qui doivent l'équiper", a affirmé François Hollande lors d'un point presse à Doha.

Des discussions engagées depuis plusieurs mois

Le chef de l'État a toutefois rappelé qu'il y avait "des discussions engagées depuis plusieurs mois, non seulement avec le Qatar, mais avec d'autres pays, pour que nos aéroports puissent avoir encore davantage d'offres", citant ceux de Nice et Lyon.

Depuis plusieurs mois, les élus et les acteurs économiques de Rhône-Alpes plaident pour l'ouverture de lignes supplémentaires au départ de la plateforme de Lyon-Saint-Exupéry. La compagnie Emirates souhaite en particulier mettre en place une liaison quotidienne sur sa ligne Lyon-Dubaï.

Air France s'oppose à ces ouvertures, estimant que les compagnies du Golfe font preuve de concurrence déloyale. Jusqu'ici, l'État s'est refusé à attribuer de nouvelles lignes à Lyon, mais ce lundi François Hollande a toutefois estimé que :

"Il est assez légitime que nous ayons des discussions, des négociations pour que des lignes aériennes puissent être ouvertes en faveur de pays qui permettent aussi d'acheminer un grand nombre de touristes, et nul doute que les villes de Nice et de Lyon sont particulièrement demandeuses de ce type d'attributions".

Mi-avril, le Sénat a approuvé la privatisation des deux aéroports de Lyon et Nice, dans le cadre du projet de loi Macron. Pour les décideurs régionaux, la privatisation de Saint Exupéry ne peut s'envisager dans l'ouverture de nouvelles lignes internationales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 23:32 :
Lyon souhaite des lignes supplémentaires internationales.. que ce soit par Air France ou par ses concurrents ! Lyon n'a pas de préférence pour Emirates ou Qatar, simplement Lyon veut développer son économie et on a besoin de lignes aériennes pour cela !
Où est Air France ? Ce n'est pas Transavia qui n'a AUCUNE offre vers Lyon au départ d'un aéroport plus au nord que Séville ou Athènes qui va apporter des touristes et hommes d'affaire à Lyon !!!
Qu'Aïr France veuille concentrer ses moyens sur Paris, ok ! Mais qu'ils laissent les aéroports de province se développer sans eux (et je n'approuve pas les subventions à ryanair qui ne sont pas de vrais développements) ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :