Medlinks Ports, un nouvel atout pour accroître le trafic fluvial

 |   |  415  mots
(Crédits : Reuters)
L'agence de développement Medlinks Ports a été officiellement lancée mercredi à Lyon. Elle vise à structurer les acteurs du fluvial pour accroître le trafic et le report modal sur le Rhône.

Développer le trafic fluvial de marchandises sur l'axe Rhône-Saône c'est désormais la mission de l'agence Medlinks Ports. Cette structure a été mise en place mercredi à Lyon. Elle rassemble les gestionnaires de la voie fluviale VNF et la CNR, 9 ports fluviaux (dont celui de Lyon) et deux ports maritimes : Sète et Marseille-Fos.

Initiée en 2011, au sein du comité des ports, Medlink Ports devient désormais un organisme pérenne sous la forme d'une association."Nous avons désormais une boite à outils pour aller chercher de nouveaux clients pour le transport fluvial et améliorer le report modal. Il nous faut créer sur le long terme les conditions du développement de nos activités", précise Noël Comte, président de la CCI de Villefranche-sur-Saône et de Medlinks Ports.

Trafic container en forte croissance

Si le trafic global sur le Rhône avait dernièrement tendance à stagner ou reculer (-4,6 % en 2013), celui des containers ne cesse de croître : + 16 % en 2014. "Le marché est là, avec un potentiel pour capter des flux à partir des ports de la Méditerranée", ajoute Noël Comte.

"50 % des containers qui arrivent par les ports du nord de l'Europe pour aller ensuite sur la région Rhône-Alpes, pourraient accoster à Marseille et remonter par le Rhône vers Lyon", estime Christine Cabau-Woehrel, présidente du directoire du Grand Port Maritime de Marseille. "Notre atout c'est cette liaison fluviale". Marseille-Fos a vu son trafic progresser de +4 % l'an dernier dont +22 % pour les containers.

Mais la cible n'est pas seulement le fret container, mais aussi le fret en vrac. Le trafic de certaines marchandises est en baisse, comme les granulats en raison du recul du BTP, et d'autres sont soumises à d'intenses fluctuations, comme les céréales. Medlinks Ports vise pour l'avenir le bois, la biomasse, les déchets.

Une mission pédagogique

C'est auprès des donneurs d'ordre et des chargeurs que Medlink Ports va désormais agir pour valoriser les avantages du transport fluvial, beaucoup plus écologique que la route, avec des conseils logistiques gratuits, de la communication et du lobbying. L'association veillera également sur le service client, la coopération technique entre les différentes installations portuaires.

L'an dernier, 5,33 millions de tonnes, dont 95 542 containers, ont été transportées sur le seul fleuve Rhône (6,5 millions de tonnes sur l'ensemble du bassin Saône-Rhône). Selon la CNR, 230 entreprises sont implantées à proximité de la voie d'eau Rhône-Saône, soit 4 500 emplois directs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :