Une enquête pour déboucher les livraisons des commerçants

 |   |  425  mots
(Crédits : ADL)
L'enquête sur la livraison des marchandises dans les commerces de la Presqu'île lyonnaise révèle la présence de 12 500 mouvements de livraison hebdomadaire. Face à la saturation du territoire, des solutions de délivrances regroupées sont avancées. Turin est également une source d'inspiration.

La Presqu'île de Lyon, ses 2 071 commerces et ses problèmes de circulation entre 9H et 11H30 lors de leur réapprovisionnement. La CCI de Lyon a dévoilé ce lundi les résultats d'une enquête logistique menée avec quatre autres acteurs auprès de 300 commerçants, sur un périmètre entre Hôtel de Ville et Perrache. Le but est « d'impulser des nouveaux comportements de mobilité, pour les marchandises et pour les personnes », souligne Janique Thia Toong, de la CCI de Lyon.

12 500 mouvements hebdomadaires

Cette enquête relève que chaque point de vente reçoit en moyenne 6 livraisons par semaine, représentant environ 12 500 mouvements hebdomadaires tous commerçants confondus. Et cette quantité de marchandise est livrée sur un espace-temps restreint, du mardi au vendredi, de 9 à 11H30, favorisant la perturbation et la saturation du réseau.

Dans 57 % des cas, les véhicules de livraison s'arrêtent en double file. Cela s'explique car, dans 43 % des cas, il n'y a aucune aire de livraison à proximité du lieu de déchargement. Et lorsqu'il y en a une, elle est soit occupée par une voiture (30 %), soit par un autre véhicule utilitaire (10 %). Cependant, lorsqu'il y en une, seuls 19 % des transporteurs s'arrêtent sur une aire de livraison.

Des pistes de réflexion

Le but de cette démarche est également « de réfléchir à des solutions innovantes », explique Martial Passi, vice-président du Grand Lyon, délégué aux déplacements. S'inscrivant dans le projet européen Pumas, en partenariat avec 5 autres villes, dont Turin (Italie), cette enquête permet d'avancer des pistes de réflexion sur un nouveau modèle de livraison :

  • Livraison en dehors des horaires d'ouvertures des magasins
  • Solution de regroupement entre les différents commerçants

L'exemple de Turin

Turin effectue des prétests depuis septembre 2013 qui permettent d'appréhender l'efficacité des mesures concrètes :

  • Autorisation d'accès restreinte des véhicules de livraison en fonction du gabarit
  • Utilisation de la technologie GPS
  • Si les critères ne sont pas respectés, obligation de passer par des plateformes logistiques en dehors de la ville qui ré-achemine les marchandises dans le centre avec des véhicules au gabarit adapté.

Depuis son expérimentation, la ville italienne a enregistré une baisse de 10 % du temps de livraison, ainsi qu'une baisse moyenne de 20 % des kilomètres parcourus par les livreurs alors que le volume de marchandise a augmenté de 20 %.

D'octobre à novembre 2014, trois ateliers de concertations, en présence des professionnels, permettront aux Lyonnais de réfléchir et d'adopter de nouvelles solutions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :