A défaut de remontées, Au Vieux Campeur surfe sur le ski de randonnée

 |  | 1234 mots
Lecture 6 min.
Qui a dit que la montagne était fermée ? L'enseigne Au Vieux Campeur a enregistré au cours des dernières semaines un bond de +60% dans le domaine des raquettes à neige et du ski de randonnée, ou encore de +90% pour le matériel de randonnée.
Qui a dit que la montagne était fermée ? L'enseigne Au Vieux Campeur a enregistré au cours des dernières semaines un bond de +60% dans le domaine des raquettes à neige et du ski de randonnée, ou encore de +90% pour le matériel de randonnée. (Crédits : @ Savoie Mont Blanc - Alban Pernet)
Pas de ski de piste, mais les passionnés de montagne sont bien décidés à randonner. En ce début de saison d'hiver marqué par la fermeture des remontées mécaniques, le leader français de l’outdoor Au Vieux Campeur (50 magasins ; 11 villes) enregistre un boom inédit de certaines activités, à commencer par le ski de randonnée et la raquette à neige, dont les ventes bondissent depuis début décembre.

Cet hiver, on chaussera avant tout les skis de randonnée ou encore les raquettes... Au Vieux Campeur, la tendance est unanime : « Beaucoup de gens souhaitent redécouvrir le ski de randonnée, qui progresse très fortement cette année, d'autant plus que la neige s'y prête. Mais c'est aussi le cas pour le ski de fond, qui connaît un renouveau, ainsi que la raquette à neige », reconnait Aymeric de Rorthays, le directeur général et petit fils du fondateur, Roger de Rorthays.

Avec, du côté des chiffres, un bond de +60% dans le domaine des raquettes à neige et du ski de randonnée, ou encore de +90% pour le matériel de randonnée (tentes, sacs de couchage, chaussures de randonnée...), nécessaire aux excursions. A tel point que sur certaines gammes de produits, comme les raquettes à neige produites en France par la marque TSL (Annecy), ont même connu des épisodes de pénurie...

« Heureusement, nos bonnes relations avec ce fournisseur stratégique nous ont permis de solutionner le problème rapidement. On peut dire que l'on connaît actuellement l'une des plus grosses années de la raquette à neige », confirme-t-il.

Et pour cause : dispensés de remontées mécaniques, mais avides de grand air après plusieurs semaines de confinement, les pratiquants -et même les novices- se sont tournées naturellement vers des pratiques dites plus « libres », redevenues tendance et accessibles. Et ce, au détriment du matériel de ski de piste, dont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :