Innovation : Cluster Montagne Solutions, la vitrine technologique des projets montagne

 |   |  661  mots
(Crédits : Copie écran Cluster Montagne Solutions)
Le Cluster Montagne lance son Cluster Montagne Solutions, un démonstrateur virtuel qui vise à offrir une véritable vitrine à ses adhérents.

Né en 2012 de la fusion du Cluster des Industries de la Montagne et de France Neige International, le Cluster Montagne rassemble aujourd'hui plus de 200 acteurs de la filière française de l'aménagement touristique de la montagne.

Chaque année, l'association publie son propre observatoire en vue de prendre le pouls de son économie, qui regroupe 450 entreprises sur le territoire français (dont 75% installées en Auvergne Rhône-Alpes) employant plus de 5 500 salariés, pour un chiffre d'affaires estimé à plus d'un milliard d'euros.

"Les retombées du tourisme en montagne sont en réalité plus larges, et évaluées à près de 10 milliards d'euros", indique Benoît Robert, directeur du Cluster Montagne.

Et selon les chiffres de cet Observatoire annuel mené en 2019 auprès des entreprises de la filière française, les voyants seraient encore au vert cette année puisque 75 % des entreprises interrogées songeraient à recruter d'ici l'an prochain, tandis que 64 % d'entre elles mûrissent également des projets de développement à l'international, principalement sur le continent américain et asiatique.

"66% des entreprises travaillent déjà à l'international tandis que 40 % d'entre elles veulent se développer en Asie", reprend Benoît Robert.

Et ce n'est pas tout puisque 67 % des entreprises interrogées considèrent que la croissance pourrait aussi venir de l'Hexagone.

"Aujourd'hui, les stations ont décidé d'augmenter leur niveau d'investissement afin de moderniser et d'adapter leurs offres en fonction des demandes d'une clientèle plus jeune et internationale, qu'ils souhaitent toucher", résume-t-il.

Ce dernier en veut pour preuve l'augmentation conséquente de l'enveloppe des investissements annuels réalisés par les stations, qui a grimpé de 200 millions d'euros par an à près de 500 millions d'euros, en lien avec le renouvellement des contrats de délégations de service public pour le compte de municipalités.

A travers cette enquête, les entreprises ont aussi réaffirmé leur volonté d'innover (à 40% pour l'ensemble et à 71% pour les entreprises de taille importante), à la fois sur des thématiques autour du tourisme durable (70%) ou de l'accès au parcours clients (43%).

"Elles ont aussi insisté sur leur souhait de développer des démarches groupées avec des partenaires ainsi que des offres packagées ensemble à l'international", indique le directeur du cluster.

Une vitrine technologique des projets montagne

Et c'est donc pour jouer dans cette dynamique collective que le Cluster Montagne a décidé de lancer un premier démonstrateur virtuel des savoir-faire de la montagne. Cette plateforme numérique, portée par le cluster et soutenu par le Ministère des Sports (budget global : 80 000€), vise à recenser l'ensemble de l'offre française en matière d'aménagement touristique, en présentant notamment les dernières innovations et les meilleures réalisations des entreprises de la filière.

"L'idée était de pouvoir se présenter à la fois auprès du grand public mais également à des prospects que peuvent avoir les entreprises du secteur, en proposant une cartographie interactive ainsi qu'un moteur de recherche où il est possible de filtrer ses résultats en fonction de grands enjeux ou expertises", explique Benoît Robert.

Hébergée sur un site Internet dédié, cette plateforme vise à répondre à la demande des entreprises qui souhaitent disposer d'une vitrine pour montrer leurs travaux.

"Le site regroupe déjà près de 340 réalisations et l'idée de monter à 1000 à 2000 projets présentés grâce à cet outil".

Avec un objectif : proposer, lors de l'adhésion au cluster, un package de 10 réalisations présentées pour chacun des membres. "Nous aimerions traduire le site d'ici la fin de l'été en anglais, puis ensuite dans un grand nombre de langues comme le russe ou le chinois".

Une vitrine qui n'aurait, d'après Benoît Robert, aucun équivalent en France.

"On ne révolutionne rien mais il existait très peu de choses sur ce volet. Nous souhaitions donc doter nos adhérents d'un outil de valorisation de leurs réalisations pour les accompagner dans leur développement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :