Comment la région fait du thermalisme un nouveau levier touristique

 |   |  433  mots
Laurent Wauquiez, Nicolas Daragon, vice-président en charge du tourisme et Frédéric Bonnichon, maire de Châtel-Guyon et conseiller régional
Laurent Wauquiez, Nicolas Daragon, vice-président en charge du tourisme et Frédéric Bonnichon, maire de Châtel-Guyon et conseiller régional (Crédits : Sonia Reyne)
Le plan thermal lancé par la région Auvergne-Rhône-Alpes représente un budget de plus de 20 millions d’euros pour accompagner le développement de stations thermales nouvelle génération en Auvergne-Rhône-Alpes pour la période 2016-2020.

Laurent Wauquiez et Nicolas Daragon affichent avec ce budget une volonté régionale "forte, claire et affichée de faire d'Auvergne-Rhône-Alpes la région référence sur le champ de la prévention santé et la première région thermale de France en termes de fréquentation."

Lire aussi : Thermalisme : vers un plan d'union régionale

Plus précisément, le plan thermal prévoit 17 millions d'euros consacrés exclusivement aux projets d'investissements des 24 stations thermales que comptent Auvergne-Rhône-Alpes et trois millions d'euros pour les actions collectives de soutien à l'innovation, à la formation et à la promotion du thermalisme.

Développer la filière santé - bien-être

La région choisie de cibler son action sur les projets d'investissement pour produire un effet de levier. Certaines stations ont aujourd'hui des équipements vieillissants qui ne répondent plus aux attentes de la clientèle. Le Plan annoncé permettra par exemple d'investir dans le retraitement des eaux, dans des piscines, dans des douches hydrojets, etc. Il prévoit aussi d'accompagner l'investissement aussi dans les aménagements urbains pour mettre en valeur l'offre thermale. Il offre un accompagnement ingénierie, avec...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2016 à 13:07 :
Bravo mais il faudra conjuguer avec la SS pour reconnaitre les bienfaits therapeutique a long terme (diminution de la prise des medicaments).
a écrit le 12/11/2016 à 9:47 :
Pour celà il faudrait un vrai souci du client, plus d'hydrotherapie (bains à jets etc ) et pas que majoritairement des massages) mais il faut se remettre en question , sortir du train train ! ouhla c'est compliqué pour certains.
Quant on voit le pataques qu'on fait certains hoteliers car les vacances allaient du mercredi au mercredi, on croirait qu'ils ne connaissent pas l'informatique pour gérer différentes journées d'arrivée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :