Randonnée : varier les styles et les plaisirs en Savoie

 |   |  564  mots
(Crédits : Claire Angot)
Un vacancier sur deux séjournant dans les deux Savoie pratiquera la randonnée cet été. Pour marcher uniquement ? Pas certain ! Si la randonnée connaît un essor considérable, elle est aussi de plus en plus couplée à d'autres pratiques douces : séances de yoga, méditation, rando-croquis ou littéraire... Zoom sur quelques nouvelles manières de marcher en vogue dans nos montagnes.

Aux beaux jours, il y a les grands classiques plébiscités par les sportifs gonflés à bloc : courses vertigineuses sur la chaîne du Mont-Blanc, dénivelés toniques en Chartreuse, trails exigeants dans les massifs. Et puis il y a les autres marcheurs. En recherche de détente, ceux-là préfèrent marcher zen, observer, et sont plutôt en quête de pratiques qui les reconnectent à la nature.

Les yoga-randos

Marcher est un excellent préalable à la pratique méditative. En montagne, forêts de conifères, glaciers et hauts sommets procurent une énergie profonde. Logique, donc, de voir s'y développer une multitude de formules de yoga-randos. À Chamonix-Mont-Blanc, depuis 2014, Blanche de Marion (professeur de yoga) et Chloé Georges (accompagnatrice en moyenne montagne) jouent sur leur complémentarité et propose des stages dans tout le massif (www.chamonix-yogarando.com). Une journée alterne sessions de marche et sessions de yoga collectives, le tout entrecoupé d'un pique-nique.

« Après la marche d'approche, dès le premier exercice de respiration, il est étonnant de voir comme les stagiaires s'immergent très vite dans leur pratique. L'environnement y est pour beaucoup ! », constate Chloé. « Nous travaillons beaucoup avec des gens qui arrivent avec un stress de ville. Parfois, je m'amuse à ramasser des petits bouts de nature tout au long de la marche : pommes de pin, mousse, pierres... Je demande ensuite aux gens de fermer les yeux et de se les faire passer en les touchant, en les sentant, en faisant appel à tous leurs sens. Et pour m'amuser, je glisse un téléphone portable. Pas de rugosités, pas d'odeur ! Quel triste objet ! Les stagiaires prennent alors conscience de leur déconnexion avec le vivant. »

Marche afghane, marche du Tigre...

Même travail de reconnexion avec Claire Philipczyk, installée à Samoëns (www.nature-quintessence.fr). Elle initie les estivants à la marche afghane, une pratique séculaire mise au point par les nomades des hauts-plateaux. Le principe : utiliser une technique de respiration différente pour chaque condition de marche (montée, descente...) afin de développer une autre perception des montagnes. « Pour le randonneur, c'est une expérience très relaxante, mais c'est aussi un moyen de mieux gérer son effort et de repousser la fatigue », explique-t-elle.

Autre coup de cœur : la marche du Tigre proposé dans l'Albanais par Jean-François Cornachon (www.albanais-tourisme.com). Cette pratique de la randonnée fait alterner temps de relaxation dynamiques, postures de yoga et initiation à la méditation (assise ou en mouvement).

Écrire ou dessiner

D'autres approches consistent à profiter de la marche pour renouer avec son expression artistique. Dans les Aravis, au Grand-Bornand (www.legrandbornand.com), l'écrivaine publique Marie Chataignon propose un stage de randonnée-écriture et invite les amoureux des belles lettres à « écrire au cœur de la nature, pour se dire, se découvrir, se raconter ».

En Chartreuse, le sentier Randocroquis® (www.randocroquis.com) part du village de Saint-Pierre d'Entremont, traverse le Guiers vif et rejoint les ruines du château de Montbel, où un magnifique panorama sur la Chartreuse se dévoile. Au fil de cette marche, le marcheur apprend à réaliser ses propres dessins sur le thème de l'eau, de la forêt et du patrimoine bâti. Une délicieuse manière de se couper de l'agitation du monde tout en réveillant l'artiste qui sommeille dans le marcheur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :