Février ramène le sourire dans les stations de ski

 |   |  675  mots
Les skieurs ont profité de conditions idéales en février.
Les skieurs ont profité de conditions idéales en février. (Crédits : Philippe Devanne - Fotolia.com)
La fréquentation touristique du mois de février a rassuré les hébergeurs des stations des Pays de Savoie, grâce aux bonnes conditions météorologiques et à l'afflux de clientèles étrangères.

Jusqu'à présent, le secteur hôtelier affiche un taux d'occupation de 67%, en progrès de 2% par rapport à 2014, alors que les hébergements collectifs et les meublés sont en stabilité.

L'hiver avait bien mal commencé pour les hébergeurs, avec une première semaine de vacances de Noël sans la moindre couche de neige, rappelle Carole Raphoz, responsable du service Études et Observation de Savoie Mont Blanc Tourisme.

Un mois vital pour les stations

Fin décembre, les fortes chutes de neige, qui avaient semé la pagaille sur les routes, ont toutefois permis au secteur de renverser la tendance, avec des réservations de dernière minute en forte hausse. La tendance s'est maintenue en janvier, en stabilité « voire en légère progression » comparativement à l'année précédente avec 8 millions de nuitées, selon les enquêtes réalisées par Savoie Mont Blanc Tourisme auprès des grands hébergeurs.

Mais ce sont réellement les vacances de février qui ont rassuré les hébergeurs avec un taux d'occupation estimé à 75%, en hausse de deux points. Les quatre semaines cumulées de vacances scolaires représentent plus du tiers des nuitées de la saison, souligne Mme Raphoz. « C'est une période qu'il faut absolument réussir. »

En février, le beau temps et l'enneigement ont permis aux hébergeurs de Savoie et de Haute-Savoie d'enregistrer une fréquentation comparable à l'an dernier, qui était lui-même en progression. Pour la suite de la saison, Savoie Mont Blanc Tourisme prévoit un taux de remplissage des hébergements en hausse de 45%, en hausse de trois points, pour le mois de mars, ce qui devrait permettre de rattraper la mauvaise première semaine des vacances de Noël.

L'érosion du printemps

Mais l'organisme s'attend à une baisse de la fréquentation durant les vacances de printemps. « Depuis plusieurs saisons, les vacances de printemps sont trop tardives, explique Mme Raphoz. Dans le passé, cette période pouvait représenter jusqu'à 15% des nuitées de la saison. « Ces dernières années, on est descendu entre 5 et 7% du total », précise Carole Raphoz.

Et les prochaines vacances ne devraient rien arranger, puisque cette année, la zone de Paris ne sera en congés qu'à partir du 18 avril, alors qu'elle était la première à partir l'an passé. Le bilan de la saison ne devrait donc pas ralentir les efforts du lobby du tourisme pour inciter le gouvernement à avancer les dates des vacances de printemps.

Les Suisses en force

Certaines clientèles étrangères ont dopé la fréquentation des stations des Pays de Savoie. Les Suisses ont profité d'un pouvoir d'achat en euros subitement augmenté de 20% en janvier, quand la Banque nationale de Suisse a mis fin au cours plancher d'un euro pour 1,20 franc suisse.

« Les professionnels disent avoir vu arriver une clientèle suisse qui a fui son marché interne », témoigne Carole Raphoz. Cet afflux de la clientèle suisse était déjà marqué depuis quatre ans, entretenu par la force du franc suisse et par le vieillissement du parc suisse de remontées mécaniques.

En 2014, les Suisses représentaient déjà 10% de la clientèle totale des hébergeurs de Savoie et de Haute-Savoie. Toutefois, Savoie Mont Blanc Tourisme ne dispose pas encore des chiffres de fréquentation des clientèles étrangères pour la saison actuelle.

Le retour confirmé des Britanniques

La crise financière de 2008 avait éloigné la clientèle britannique des stations françaises. Les hébergeurs avaient alors constaté une baisse à deux chiffres des réservations en provenance du Royaume-Uni. En 2014, l'appréciation de la livre par rapport à l'euro avait sonné le retour des skieurs britanniques, dont la fréquentation devrait être encore en progression cet hiver, précise Carole Raphoz.

Les Russes devraient être la seule clientèle étrangère en baisse marquée. La faute aux tensions politiques entre l'Union européenne et la Russie, mais aussi à la chute du rouble depuis un an, qui amenuise le pouvoir d'achat des touristes russes en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :