Rhône-Alpes leader de l'œnotourisme dans 10 ans ?

 |   |  679  mots
(Crédits : Reuters)
En matière d'œnotourisme, Rhône-Alpes, 4e région viticole de France, affiche ses ambitions. Devenir rien moins que la première région de tourisme viticole de France d'ici 10 ans. Les 42 AOP rhônalpines se sont déjà fédérées sous l'étiquette "l'Œnothèque Rhône-Alpes." Premier événement ce week-end.

Le week-end s'annonce chargé pour les amateurs de vins. Hormis le traditionnel salon des vignerons indépendants à Lyon, l'œnothèque Rhône-Alpes propose un "Fascinant week-end" ces 25 et 26 octobre. Cinq terroirs labélisés "vignobles et découvertes" par Atout France (l'organisme national de promotion du tourisme) feront découvrir leurs paysages et le travail des vignerons. Des séries d'animations seront proposées, en partenariat avec des restaurateurs et d'autres acteurs du tourisme.

Objectif 2025

L'opération constitue une première pour l'œnothèque Rhône-Alpes. Sous ce nom, se rassemblent, les 42 AOP et 14 IGP de la région, du Beaujolais à la Drôme provençale, en passant par l'Hermitage ou la Savoie.

C'est la partie visible d'une stratégie amorcée depuis déjà plusieurs années par le Comité vin de Rhône-Alpes, pour développer l'œnotourisme, avec l'ambition, sur ce créneau, d'être leader d'ici 2025. L'objectif est ambitieux et l'échéance lointaine, mais les professionnels du tourisme, les viticulteurs, les restaurateurs, et les détaillants se structurent. Rhône-Alpes Tourisme avait publié une enquête détaillée sur la question en 2011. " Depuis une décennie l'œnotourisme a été répertorié comme un potentiel important de création de valeurs pour les vignerons, mais également pour les acteurs touristiques et les zones rurales" rappelle, Pierre Combat, président du Comité vin de Rhône-Alpes.

Vignes pendant les vendages

368 millions de chiffre d'affaires

Rhône-Alpes est la 4e région productrice de vin en volume avec 310 millions de bouteilles commercialisées (dont 40 % à l'export), soit 368 millions d'euros de chiffre d'affaires. Elle rassemble 15 % des vignerons français. Mais, dans le domaine de l'œnotourisme, d'autres ont une longueur d'avance. Selon un classement d'Atout France, l'Alsace et le Val de Loire, trustent le podium sans compter le Bordelais, leader en termes de chiffre d'affaires. " À la différence de la Champagne ou de l'Alsace, Rhône-Alpes ne n'est pas identifiée par son nom comme une région de vins" souligne Michel Grégoire, vice-président de la région chargé de l'agriculture. "On ne vient pas en Rhône Alpes sur le seul vin. C'est par défaut".

"Notre force, mais aussi notre difficulté, c'est la grande diversité de nos vignobles et de nos vins. L'œnothèque est désormais un élément fédérateur", poursuit Pierre Combat.
Désormais, le back-office est en place pour structurer les acteurs et mettre en place des stratégies. Un portail officiel baladesduvin.com est en ligne. Le comité permet aussi, via la région Rhône-Alpes, le financement de la rénovation de caveaux ou d'autres aménagements, avec des fonds européens dédiés.

Vers une maison des vins à Lyon

Pour porter cette ambition, un projet de "maison du vin" est même lancé à Lyon, avec l'objectif d'une ouverture pour 2016. Pour le moment, le site n'a pas encore été choisi, l'Hôtel Dieu a été écarté, mais l'ensemble des viticulteurs de la région est d'accord pour le concept. "C'est déjà un pas très important. Ce n'était pas gagné" insiste, Denis Chilliet, vigneron en Beaujolais.

"Il faut qu'à Lyon ça sente le vin. Aujourd'hui, ça ne sent pas le vin. Vous allez à San Francisco, vous allez en Toscane ça sent le vin", conclu Pierre Combat

Sur le terrain, l'objectif dans 10 ans est que l'ensemble des territoires viticoles de la région obtiennent le label "Vignobles et Territoires" d'Atout France, soit 15 à 20 labels au total. Ce label, au strict cahier des charges, nécessite une collaboration intime entre viticulteurs, restaurateurs, offices du tourisme et même acteurs culturels. Actuellement, six territoires seulement sont labellisés :

  • Beaujolais Pierre Dorées
  • Cœur de Savoie
  • Lac du Bourget
  • Côte Rôtie-Condrieu-Pays Viennois
  • Cornas-Saint-Péray
  • Hermitage-Tournon-Saint Joseph

Toutefois, le chantier pour que Rhône-Alpes deviennent la locomotive de l'œnotourisme français est encore long. De nombreuses pièces manquent au puzzle. Le comité vins Rhône-Alpes est pour l'instant dépourvu d'un véritable observatoire, permettant de mesurer précisément le poids économique de cette activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :