Municipales 2020 : Les grandes ambitions d'EELV pour Lyon et Villeurbanne

 |   |  591  mots
Grégory Doucet et Bruno Bernard d'EELV
Grégory Doucet et Bruno Bernard d'EELV (Crédits : Renaud Alouche)
Porté par la vague verte des élections européennes, EELV se met en ordre de marche pour les élections métropolitaines et municipales à Lyon. Le parti écologiste a également de fortes ambitions à Villeurbanne.

Article initialement publié le 15.10.2019 à 14:32, mis à jour le 17.10.2019 à 10:13

Bruno Bernard a remporté samedi dernier la tête de liste EELV pour les élections métropolitaines avec un score de 70%. Il était face à Bertrand Artigny, actuel conseiller EELV à la Métropole de Lyon.

Ce chef d'entreprises dans le secteur du bâtiment, ancien élu métropolitain, a présenté ce matin, dans un café du 7e arrondissement de Lyon - au même moment Gérard Collomb détaillait les siens - quelques uns des axes forts de son programme.

Tout d'abord, il souhaite réduire la place de la voiture en ville : réduire les espaces de stationnement pour végétaliser le centre-ville, favoriser les modes de transports doux tout en augmentant la fréquence des bus TCL connectant la ville de Lyon à son agglomération.

"La métropole doit travailler en coopération avec les acteurs du territoire pour basculer vers une économie des communs. Nous ne sommes plus très loin de ce virage, il manque seulement une volonté des pouvoirs publics" souligne Bruno Bernard.

Il se positionne également sur le très décrié de l'anneau des sciences, en renouvelant son rejet du projet, qu'il juge comme "une catastrophe écologique". Il souligne également la volonté de son parti de mettre à disposition des habitants de la métropole ainsi que des groupes scolaires, des vélos en libre-service et des composteurs.

"C'est une mesure facile à prendre. Et qui coûte très peu", souligne celui qui est également membre du bureau exécutif national, en charge des élections.

Face aux autres candidats, il met en avant le caractère irréprochable de ses candidats.

"L'exemplarité, c'est quelque chose que les écologistes ont toujours portés," souligne le candidat à la présidence de la métropole.

Les municipalités passent au vert

A Lyon, c'est Grégory Doucet, secrétaire d'EELV Lyon, qui est candidat à la mairie de Lyon avec le feu vert de son parti (61% des votes exprimés). L'ancien humanitaire, qui oeuvre dans l'économie sociale et solidaire, entend redonner "les bonnes directions" quand ses prédécesseurs n'ont pas été à la hauteur.

"Notre engagement, c'est une écologie politique sincère et profonde. Les citoyens ne sont pas dupes face aux annonces", poursuit le candidat

A Villeurbanne, c'est Béatrice Vessiller, actuellement 22e vice présidente à la métropole de Lyon, spécialiste de la rénovation thermique des logements, portera la liste EELV. Elle juge que les verts peuvent "répondre aux évolutions sociologiques de la ville ses dernières années."

Signaux encourageants

Comme ailleurs, les verts veulent profiter de leurs bons résultats aux élections européennes dans la métropole de Lyon. Même si les élections métropolitaines, complexes, ne rendent pas faciles les projections.

"Nous avons été la seconde force politique des élections européennes. On peut aussi être une surprise à Lyon. D'autant que nous avons d'excellents candidats", avance Bruno Bernard.

Mais surtout, il y a "une vraie envie d'écologie dans cette ville. D'autant que, par sa géographie, Lyon est au coeur des changements climatiques", estime Grégory Doucet.

Les écologistes misent surtout sur Villeurbanne qu'ils jugent "prenable".

"Ce sera la première ville écologiste dirigée par une femme", affirme Bruno Bernard.

Il faudra attendre, après une série de rencontres publiques, le 23 novembre pour connaitre les premières désignations par circonscriptions (un ticket paritaire obligatoire) et le projet final porté par les candidats écologistes des villes de Lyon Villeurbanne et de la Métropole de Lyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2019 à 14:50 :
Si vous voulez vraiment développé encore plus les modes de circulation doux à Lyon et Villeurbanne,ne soyez pas hypocrites en ne limitant pas l'accès du centre-ville aux automobiles.
C'est la pagaille tous les jours alors C'est l'un ou l'autre quitte à installer des péages urbains parce que le danger est permanent avec les incivilités pour les uns et l'agressivité pour les autres ainsi qu'une négation générale du code de la route.
Vous ne le ferez pas, l'industrie automobile a encore beaucoup trop de diesel à vendre .
a écrit le 16/10/2019 à 14:07 :
Bravo pour l'engagement en faveur de l'environnement. Mais après des décennies de PS il faut une action très forte contre la délinquance. On ne se sent pas en sécurité à Villeurbanne. On a envie de quitter cette ville devenue tentaculaire, passée de 105000 à 150000 habitants en 20 ans. Trafic de drogue, incivilités ,.. Et aucune police de proximité en dehors des gratte-ciels. Des quartiers abandonnés, Tolstoi, Grand-Clément, 2 a 3 passages de police par jour, toujours en voiture et trop vite pour voir quoique ce soit, incivilités, infractions, guetteur pourtant très repérables...on attend toujours les caméras longtemps refusées mais désormais annoncées en espérant qu'elles seront utilisées aussi efficacement que dans certaines villes. La peur doit changer de camps !
Réponse de le 16/10/2019 à 22:41 :
Bravo EELV, pour avoir contribué activement à inonder d'horodateurs Villeurbanne et d'avoir poussé à les mettre dans des quartiers Où les personnes vivent dans des HLM. 32€ le PV. Encore bravo messieurs !
Réponse de le 16/10/2019 à 22:42 :
Bravo EELV, pour avoir contribué activement à inonder d'horodateurs Villeurbanne et d'avoir poussé à les mettre dans des quartiers Où les personnes vivent dans des HLM. 32€ le PV. Encore bravo messieurs !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :