"Niée, déconsidérée, inutile" : un agent de la Région face au bore out

 |   |  811  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Martine* est un cas symptomatique des répercussions humaines des dysfonctionnements internes à la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle qui a toujours eu le sentiment d'être "considérée", même lorsque ses préconisations ou ses arbitrages n'étaient pas retenus in fine, confie son épreuve de "bore-out."
Offre découverte

Voilà plusieurs années que le lexique managérial et des maladies professionnelles a intégré le "burn out", traduisant un épuisement physique et psychique dû aux surcharges de travail. Depuis peu a surgi son antithèse, le "bore out", dont l'issue similaire résulte d'une absence de tâche. A la Région AURA, selon les représentants du personnel et les témoignages d'agents, les deux phénomènes extrêmes, suscités en premier lieu par le déficit organisationnel et managérial, gangrènent le corps social. Si le premier est désormais bien cerné, le second l'est moins. La confession de Martine révèle des mécanismes, des manifestations et des répercussions redoutables, qui convoquent des ressorts distincts du "burn out."

Martine était un agent fonctionnaire qui pendant une trentaine d'années s'est employée à mettre sa "loyauté" et sa "rigueur au service de cette si belle institution". Elle a tout connu des mandats, y compris celui, éruptif, de Charles Millon. Elle a travaillé avec des élus "de tous les bords", même communiste. Elle a initié ou co-porté des projets "passionnants". Elle a toujours eu le sentiment d'être "considérée", même lorsque ses préconisations ou ses arbitrages...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :