Culture : la timide tentative de déconfinement de Bruno Bernard

 |  | 790 mots
Lecture 4 min.
Dimanche, Bruno Bernard annonçait dans Le Progrès qu'il étudiait la réouverture du musée des Confluences malgré l'interdiction du gouvernement. Mardi, il a finalement fait marche arrière, évoquant les conséquences juridiques trop lourdes.
Dimanche, Bruno Bernard annonçait dans Le Progrès qu'il étudiait la réouverture du musée des Confluences malgré l'interdiction du gouvernement. Mardi, il a finalement fait marche arrière, évoquant les conséquences juridiques trop lourdes. (Crédits : Maxime Brochier – musée des Confluences)
Annoncée en grande pompe, la réouverture anticipée des musées aura-t-elle lieu à Lyon, comme s'y était engagé Bruno Bernard ? Le président EELV de la métropole lyonnaise, remonté et prolixe dans les jours qui ont suivi les déclarations du premier ministre, est finalement revenu ce mardi sur ses déclarations. Et ce, alors que le milieu de la Culture tente toujours de s'organiser et demande une réouverture au plus tôt.

A Lyon, la culture enregistre deux rétropédalages sur une seule et même question. Le 10 décembre dernier, le premier ministre Jean Castex avait précisé ses modalités de déconfinement, revenant sur ses premières déclarations : les lieux culturels ne seront pas autorisés rouvrir, au moins jusqu'à janvier. Un coup de grâce pour les acteurs de la culture, désemparés, qui s'attendaient à être déconfinés dès la mi-décembre comme le gouvernement s'y était engagé en premier lieu.

Face à cette décision, deux jours plus tard, des élus lyonnais avaient adressé une lettre à Jean Castex pour demander la réouverture des lieux culturels.

Dans ce courrier, Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, Grégory Doucet, maire de la ville, et Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne et vice-président de la Métropole délégué à la culture, pointaient :

"les lieux de grands passages -centres commerciaux, aéroports, gares, métros-, ou encore...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :