Accord de Paris : "Nous n’en sommes encore qu’au stade des déclarations" (Eric Piolle, Grenoble)

 |  | 1872 mots
Lecture 9 min.
L’Etat n’est pas là on l’attend sur la question des mobilités, estime le maire EELV Eric Piolle, qui fustige le manque d'engagement de la part du gouvernement Macron en matière environnementale.
"L’Etat n’est pas là on l’attend sur la question des mobilités", estime le maire EELV Eric Piolle, qui fustige le manque d'engagement de la part du gouvernement Macron en matière environnementale. (Crédits : DR/Dilan Gurliat)
INTERVIEW. Premier maire écologiste à la tête d'une ville de 160.000 habitants en 2014, réélu depuis pour un second mandat en juin dernier, Eric Piolle prépare sa ville à devenir Capitale Verte Européenne en 2022. Pour celui qui avait appelé, lors de réélection, à « amplifier les transitions » en formant un « arc humaniste » rassemblant l’ensemble des forces de la gauche, la Cop21 est synonyme d’un bilan en demi-teinte. « Il faut faire beaucoup plus, et beaucoup plus concret », estime l’élu écologiste, si l’on souhaite remplir les objectifs fixés par l'Accord de Paris.

LA TRIBUNE AUVERGNE RHOEN-ALPES - Dès la conclusion de l'Accord de Paris en décembre 2015 lors de la Cop 21, vous aviez qualifié l'accord final « d'insatisfaisant sur bien des points ». Cinq ans plus tard, quel bilan dressez-vous avec le recul que nous avons désormais, sur la signature de ce document qui engageait 195 pays à contenir le réchauffement « bien en dessous de 2°C » ?

ERIC PIOLLE - Je soulignais en effet qu'à l'époque, il y avait surtout un point positif, qui était que pour la première fois, l'Humanité se fixait des objectifs communs. Mais la limite, c'est qu'il n'y avait pas de trajectoire définie, et cinq ans plus tard, on n'en est encore là. Finalement, nous n'en sommes encore qu'au stade des déclarations.

On voit que la Chine se positionne désormais vers un objectif de neutralité carbone en 2050, ou encore le Japon... C'est bien, mais on bloque encore sur l'expression et la réalisation de cet objectif. Le défi du moment est donc de commencer à agir avec suffisamment de rapidité.

Car c'est une chose que de planifier un objectif à 2050, mais si l'on se fixe le début de l'effort à 2030, cela ne peut que générer une dynamique angoissante, avec l'impression que l'on remet toujours à plus tard. Tout le monde perd ainsi confiance dans sa capacité à l'atteindre.

Et ce n'est pas une bonne chose, à l'heure où la France se situe quand même dans une phase de burn-out, un phénomène encore accentué avec la pandémie que nous connaissons.

Sur quels plans faudrait-il plutôt accélérer et agir rapidement pour y parvenir, selon vous ?

Il existe plusieurs dimensions à adresser, et notamment, d'importants postes d'émissions de GES, que sont la question du mix énergétique, du logement, qui a d'ailleurs reculé massivement avec la loi de finances 2018. Sur ce point, le gouvernement a complètement cassé les reins du logement social, en ponctionnant 1,3 milliard d'euros - via des économies votées sur le budget du secteur effectives en 2019, ndlr-.

Sur le terrain des mobilités, c'est le même constat : même si certaines choses commencent à bouger, lorsqu'on regarde les retours de la Convention citoyenne pour le climat, la proposition de ne pas...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2020 à 16:00 :
Eric PIOLLE, grand prêtre VERT, et surtout ROUGE, Maire d'une ville et président d'une anglo en proie à une délinquance en perpétuelle hausse, tous les trafics y vivent bien: drogue, règlements de comptes, (voir la chanson de Calogéro: être un jour au mauvais endroit) responsable d'entreprise décapité etc.... et ce type, anti catho en plus, ose se pointer sur les chaînes de télé comme un Précurseur de l'écologie comme les Maires de Bordeaux et Lyon, une écologie punitive qu n'intéressent que les 2% de EELV.
a écrit le 11/12/2020 à 21:22 :
c'est le meme gars qui veut de l'argent d'etat pour redynamiser les centres villes coules car plus personne ne vient vu que les deplacements sont interdits par oukazes, et qui veut des logements sociaux mais interdit la construction chez lui car il ne veut pas de beton?
c'est bien ca, c'est le gars auquel on pense, on c'est un autre?
il veut des emplois bien payes mais sans croissance, avec des gens formes mais qui ont interdiiction de savoir lire car ca stigmatise son electorat?
ils sement la guerre ils seront en premiere ligne pour pleurer; que ce soit une guerre civile ou une guerre facon charlie ( ou ils hurleront vuqu'ils seront concernes)
a écrit le 11/12/2020 à 18:14 :
Tandis que ça fait plus de trente ans que la classe dirigeante mondiale savait et qu'elle n'a strictement rien fait même il me semble qu'un truc s'est mis en route mais seulement après la déclaration de Chirac "Le toit de la maison brûle" et donc bien longtemps après... franchement Monsieur PIOLLE, vous y croyez encore à la volonté de ceux qui détruisent le monde de vouloir le réparer tandis que plus on possède et plus on est possédé ?

Au collège j'ai appris que l'activité humaine engendrait des gaz à effets de serre qui allaient fortement perturber le climat augmentant la température de la planète et que même si on arrêtait toute pollution ce phénomène ne disparaitrait pas avant un siècle. Au lycée j'ai appris que les délocalisations massives des pays occidentaux vers les pays en dévelloppant aller forcément transférer les richesses vers des pays pauvres mais qui forcément aller paupériser ces populations occidentales.

Soit je suis tombé sur des profs géniaux, soit nos dirigeants nous prennent pour des idiots. Ah oui il y a quelques années j'ai aussi apris que les perturbateurs endocriniens modifiaient notre adn et étaient certainement la cause de la plupart de nos cancers mais qu'il ne faut pas compter sur les médias pour avertir la population car appartenant aux gens qui nous inoculent ce même cancer.

Franchement, comment et surtout pourquoi faire confiance à une classe dirigeante totalement défaillante ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :