Les dessous de la campagne de tests massive en Auvergne-Rhône-Alpes

 |  | 1771 mots
Lecture 10 min.
(Crédits : Reuters)
DECRYPTAGE. Alors que le gouvernement entame un déconfinement beaucoup plus mesuré que prévu, la région Auvergne Rhône-Alpes conduite par le président LR Laurent Wauquiez lance, dès ce mercredi 16 décembre, une campagne massive de 2,2 millions de tests antigéniques en une semaine. Une logistique de taille, alors que l'annonce d'une telle campagne continue de susciter son lot de polémiques.

(Publié le 11/12/2020 à 14:30, actualisé le 16/12/2020 à 12:45)

Annoncée à la mi-novembre, la campagne massive de tests voulue par le président LR Laurent Wauquiez débute ce mercredi 16 décembre, et s'échelonnera ainsi jusqu'au 23 décembre. Elle se destinera à tous les habitants volontaires à se faire tester au Covid-19 avant les fêtes. Avec un objectif affiché : permettre aux citoyens de passer les fêtes de Noël en famille.

Du côté des chiffres, plusieurs ont cependant été cités : car sur les 8 millions d'habitants que compte la région Auvergne Rhône-Alpes, 2,2 millions de tests auraient été pré-commandés. Le président de région annonçait lui-même sa volonté de réaliser 2 à 4 millions de tests durant cette semaine, tandis que du côté de l'opposition, l'élu de la Loire Johann Cesa, membre du groupe Socialiste et Démocrate, affirme que l'exécutif régional avancerait désormais le chiffre des 500.000 à 1 million d'habitants.

Une seule chose est sure : pour cela, la collectivité a annoncé l'ouverture de 1.300 centres de dépistage éphémères, qui viendront s'ajouter à 1.300 centres existants et mobilisera près de 15.000 professionnels contactés par la région, par le biais des professionnels de santé (médecins, infirmiers libéraux, pharmaciens, secouristes, etc).

Pour autant, ce mardi 15 décembre encore, à la veille du lancement de la campagne, les villes de Lyon et Villeurbanne campaient sur leur position en s'estimant "confortées", dans leurs doutes sur l'efficacité d'une telle campagne à l'approche des fêtes de Noël, par un courrier du conseil scientifique.

Et rapportaient ainsi l'organe consultatif en matière de santé indiquait « qu'une campagne de mass testing au niveau national ne lui paraît pas réaliste » puisqu'il faudrait répéter l'opération toutes les deux semaines « pour avoir un réel impact, compte-tenu de la période d'incubation et des délais de transmission du virus ».

A l'heure actuelle, le coût de cette campagne pour la Région est estimé à 13 millions d'euros pour les tests, 5 millions d'euros pour le matériel de protection et 1 million d'euros pour les matériels...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2020 à 20:30 :
Pourvu qu'on ne prenne jamais conscience de tout cet argent qui est gaspillé en tests à la fiabilité et à la portée limitées, et du besoin de financement de la sécurité sociale qu'ils entraînent...
a écrit le 17/12/2020 à 8:51 :
A la télévision en ce moment sur les plateaux c'est la droite dure face à l'extrême droite, on entend plus qu'eux, amis du gros rouge qui tâche bonjour,, il est bien évident que le but est d'accentuer cette forme de dirigisme.
a écrit le 16/12/2020 à 14:00 :
Dans l'autre article :

Si on n'est pas symptomatique, un test préventif - PCR ou, à défaut, antigénique - ne doit être fait que s'il y a "une prise de risque" dans la semaine précédant les jours de festivité.
Sinon, les tests "n'ont pas, ou peu, d'intérêt", souligne le Conseil scientifique. Pire, il "met en garde" contre l'impression de "fausse sécurité"
a écrit le 12/12/2020 à 8:17 :
19 millions une bagatelle.... pour quel résultat ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :