A Lyon, les commerces toujours plus nombreux à manifester pour la réouverture

 |  | 1182 mots
Lecture 6 min.
A l'approche de la période des courses de Noël et du Black Friday, les petits commerces demandent le droit de rouvrir. Ils craignent notamment la concurrence de la grande distribution lors de cette période.
A l'approche de la période des courses de Noël et du Black Friday, les petits commerces demandent le droit de rouvrir. Ils craignent notamment la concurrence de la grande distribution lors de cette période. (Crédits : DR/ZFA)
REPORTAGE. Pour la troisième fois ce lundi, les commerces indépendants de la région lyonnaise ont chaussé à nouveau leurs habits noirs pour demander la réouverture de leurs établissements et la mise en place de nouvelles mesures qui les aideraient à traverser la crise sanitaire. Ils étaient près d'un millier à se réunir cette fois sur la place Bellecour avec, toujours, la volonté de faire entendre leur voix à quelques semaines des fêtes de fin d'année.

"Laissez-nous travailler !", scande le millier d'indépendants vêtu de noir, venu manifester ce lundi, de la place Bellecour à la préfecture du Rhône. "Nous étions trente il y a quinze jours, 300 la semaine dernière, et nous sommes encore plus aujourd'hui", annonce au micro Anne Delaigle.

Elle est à la tête du collectif Au Nom des indépendants, l'un des organisateurs de ce rassemblement avec l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie), les Toques blanches, l'union des professionnels solidaires de l'évènementiel, la CPME, et les fédérations de l'habillement.

Les indépendants présents font partie des établissements dits non-essentiels (petits commerces, salle de sport, restauration, évènementiel...) et tous ont été touchés par les confinements et les restrictions sanitaires. Financièrement, ils ne s'en sortent plus et demandent des actions de l'État. "On va tous mourir. Aujourd'hui, on nous prête de l'argent, mais on ne nous aide pas", déclare Laurent Duc, président de l'UMIH.

Manifestation Lyon Indépendants 2

"A 54 ans, c'est la première fois que je manifeste"

A l'échelle locale et nationale, plusieurs leviers d'aides ont déjà été mis en place : aides mensuelles, chômage partiel pour les salariés, crédit d'impôt pour les bailleurs qui exonèrent les commerçants de loyer, prêts garantis par l'État, aide à la transition numérique et au développement...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :