Grenoble : deux nouveaux recours contre l’élargissement de l’A480

 |   |  797  mots
(Crédits : DR)
Nouveau coup dur pour le projet de l’A480. A la suite d’une première demande déposée par des citoyens - et toujours en cours d’examen sur le fond -, deux nouveaux recours ont été déposés le 13 mai dernier par la FRAPNA Isère au Tribunal administratif de Grenoble contre le projet d’élargissement routier de l’A480. L’un d’eux demande notamment une suspension des travaux, qui doit être examinée dès le 5 juin prochain par le Tribunal administratif de Grenoble.

Serait-ce une nouvelle bataille judiciaire qui s'annonce, sur l'un des chantiers majeurs de l'agglomération grenobloise ? La branche iséroise de la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) a fait savoir qu'elle avait déposé deux recours devant le Tribunal administratif de Grenoble le 13 mai dernier, concernant le chantier de l'A480.

Alors qu'un premier recours pour "défrichement illégal" est dirigé à l'encontre de la société AREA, le second recours déposé par la Frapna en référé demande une suspension immédiate des travaux ainsi que l'annulation de l'arrêté préfectoral du 14 janvier 2019, qui avait délivré une autorisation environnementale au projet d'élargissement de l'A480.

"Les maîtres d'ouvrage, que sont l'État et la société AREA, ont décomposé l'enquête publique en deux étapes, avec  une déclaration d'utilité publique qui a ensuite été suivie d'une autorisation environnementale. Nous avons voulu attendre que le dossier arrive à son terme avant d'engager un recours, au sujet de l'autorisation environnementale, qui demeure le cœur du sujet pour nous", précise Francis Odier, vice-président de la Commission Aménagement du Territoire de la FRAPNA Isère.

"Des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2019 à 9:03 :
Comment ils disent déjà ? Ah oui: "ZAD partout", si nous autres citoyens ne défendons pas nous mêmes nos droit les hommes d'affaires et leurs politiciens finiront par tout décimer car seulement motivés par leur cupidité.
a écrit le 05/06/2019 à 7:40 :
.. et donc si le proje6est suspendu le temps de faire les études, nous aurons continuellement les bouchons liés aux travaux, et donc une large augmentation de la pollution (fumées d'échappement, bruits, CO2, no3 ..) bref les riverains vont être contents et les insectes et autres batraciens aussi puisque leurs habitats a déjà été défriché.. on marche sur la tête comme d'habitude...
Réponse de le 05/06/2019 à 11:33 :
D'autant que le projet A480 est lié à la reconstruction en cours du Synchrotron de Grenoble. Si les travaux sont décalés dans le temps, la remise en service d'un équipement scientifique majeur de niveau mondial sera décalée d'autant, les travaux de l'A480 étant incompatibles avec le fonctionnement du dit Synchrotron. Bravo les piafologues...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :