Grenoble : l'agence économique régionale sur les rails

 |   |  912  mots
(Crédits : Milky2 ; Architecte Tomasini design — Milky2, CC BY-SA 3.0, https://fr.wikipedia.org)
Après sa mutation en Agence économique régionale, l'ex-AEPI est enfin en ordre de marche. Yannick Neuder, co-président aux côtés de Christophe Ferrari, trace les grandes lignes de ce qui marque une nouvelle étape pour l'Agence régionale.

Acteurs de l'Economie : Ce jeudi, s'est tenue la première réunion du Comité de Développement Territorial de l'Isère (CDT), nouvel organe de gouvernance de l'antenne iséroise, en présence de représentants des collectivités mais aussi de plusieurs chefs d'entreprise du territoire réunis au sein des locaux de la Région. En quoi consistait cette rencontre ?

Yannick Neuder : Il s'agissait plutôt d'un point politique car c'était la première réunion d'installation du Comité de Développement Territorial pour l'Isère. C'est un CDT que je copréside au titre de la Région avec le président de la métropole, qui partage la compétence économique. Jean-Pierre Barbier, le président du département, en est le vice-président. Nous avons voulu, dans cette démarche, associer également les intercommunalités et les représentants des chambres consulaires et des entreprises, tels que Vicat, Ryb, STMicroelectronics, qui étaient aussi présents.

Lire aussi : Quel devenir pour la nouvelle agence d'études et de promotion de l'Isère ?

Quel était votre principal message ?

Nous n'avons pas uniquement présenté la gouvernance : nous sommes revenus sur les changements récents, et notamment sur les implications de la loi NoTRE. En conséquence, l'AEPI a été dissoute fin 2017, et l'intégralité du personnel a été repris au sein de la nouvelle antenne iséroise, installée dans les locaux de la Région basés à Grenoble, où elle partage un étage avec d'autres fonctions supports. Cette équipe se trouve d'ailleurs à mi-distance entre la Préfecture et le Département afin que toutes les équipes puissent travailler ensemble pour accompagner les entreprises dans leur développement.

Cette installation s'inscrit dans une logique plus globale : quel sera le rôle de ces CDT ?

L'objectif est de restaurer du lien et de créer un climat de confiance, en simplifiant les choses pour que les entreprises n'aient pas en face d'elles 36 interlocuteurs différents. Neuf comités de développement territoriaux seront mis en place dans les différents territoires, Grenoble est le quatrième à être installé.

Des discussions sont encore en cours pour la Haute-Savoie et la Loire. Même si on tend à uniformiser les choses, plusieurs territoires concernés n'ont pas forcément la présence d'une métropole.

A Lyon, les choses sont déjà très intégrées car il n'y a plus de département (après la fusion de la communauté urbaine et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :