Programme d'investissements d'avenir : 3,6 milliards d'euros investis en Auvergne Rhône-Alpes

 |   |  608  mots
Le projet Biobutterfly est présenté à Louis Schweitzer, au centre de l'image, les bras croisés.
Le projet Biobutterfly est présenté à Louis Schweitzer, au centre de l'image, les bras croisés. (Crédits : Karen Latour / ADE)
Le commissaire général à l'investissement Louis Schweitzer se trouvait à Lyon ce mardi pour rencontrer les entreprises de la région qui ont bénéficié des programmes d'investissements d'avenir (PIA). Créés en 2010, ils visent à soutenir la recherche ainsi que l'innovation en entreprise. La prochaine tranche du programme devrait s'élever au niveau national à 10 milliards d'euros.

Dans son costume bleu marine, Jérôme Fournier attend le passage de Louis Schweitzer, commissaire général à l'investissement chargé de la mise en œuvre du programme investissements d'avenir (PIA), pour lui présenter son projet. Ou tout du moins celui qu'il développe depuis 2012 au sein du groupe Michelin, en partenariat avec l'IFPEN (IFP Energies Nouvelles) et Axens. Nommé Biobutterfly, il vise à créer des pneus plus écologiques, où la consommation en pétrole est limitée.

3,6 milliards d'euros

Sur un budget total de 52,1 millions d'euros, cette opération bénéficie d'une aide 14,7 millions dans le cadre du PIA. 10 % ont déjà été octroyés, le reste sera versé au fur et à mesure du l'avancée du projet.

Un financement gouvernemental sans lequel Biobutterfly "n'aurait pas eu la même ambition". De fait, d'ici à 2018 Michelin devrait créer une "petite usine" qui permettra de développer le prototype. Pour cela, un montant de 15 à 20 millions d'euros sera investi. Des investissements notamment rendus possibles grâce au PIA. C'est très précisément ce genre de projet que souhaite voir éclore Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, afin de créer l'industrie du futur à la française.

Au total, ce sont 3,6 milliards d'euros qui ont été alloués depuis 2010, et la mise en place du premier PIA par Nicolas Sarkozy, aux entreprises d'Auvergne Rhône-Alpes. Le but étant de soutenir la recherche ainsi que les projets innovants.

"Auvergne Rhône-Alpes est la seconde région française, en terme de superficie, mais aussi en termes d'importance des financements alloués par le programme investissements d'avenir", indique le commissaire général à l'investissement, mais aussi ancien PDG de Renault.

Élevage et haute technologie

Sans toutefois noter de spécificités territoriales. En déplacement dans la Vallée de la Chimie le matin même, il assure qu'il "n'existe pas de secteurs en devenir et d'autres condamnés. D'ailleurs, dans la liste des projets soutenus par le PIA, nous trouvons autant de la haute technologie que de l'élevage."

Pour preuve, la startup Ici & Là, fondée par Emmanuel Brehier et Benoit Plisson en 2014, a également bénéficié de ces fonds. Avec leur projet - proposer une gamme de produits riches en protéines à base de légumineux en tant qu'alternative à la viande - ils ont d'ailleurs remporté le concours mondial de l'innovation opérée par Bpifrance.

"Nous n'aurions pas pu...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2016 à 20:38 :
Dans 30 ans les réserves terrestre de pétrole seront épuisées. C'est bien joli le Biobutterfly, mais ce n'est pas un investissement d'avenir, juste un investissement pour aujourd'hui. Protéger les terres agricoles des pollueurs et les réserves halieutiques, ça ce serait de l'investissement d'avenir. Relancer la conquête spatiale avec de vrais projets de colonisation de la lune et de mars, réduire les naissances, stopper la consommation à outrance, ... Arrêter les cultures/élevages intensifs, promouvoir la permaculture et le bio, lutter contre l'obsolescence programmée, ça ce serait de l'investissement d'avenir.
a écrit le 24/05/2016 à 18:34 :
« Au total, ce sont 3,6 milliards d'euros qui ont été alloués depuis 2010, et la mise en place du premier PIA par Nicolas Sarkozy, aux entreprises d'Auvergne Rhône-Alpes. »

Faisons un peu d'arithmétique : 3,6 Md€ c'est 3 600 M€ !
La startup citée en référence (Ici&Là) a été aidée à hauteur de 0,1 M (un tiers du coût de leur projet de 300 K€).
Question à notre « éminente journaliste économique »:
A-t-on aidé 36 000 startups en Auvergne Rhône-Alpes ?
J'en doute fortement !!
Prenons l'hypothèse que ce Programme Investissement d'Avenir a soutenu 2000 startups. (Ce serait déjà un challenge ambitieux).
L'économie réelle aurait donc bénéficié de 200 M€ en provenance des fonds PIA.
Autre question à notre « éminente journaliste économique »:
Où est passé le reliquat de 3,4 Md (ou 3400 M€) de ce Programme Investissement d'Avenir?
A alimenter toutes nos technostructures étatiques et territoriales?
A faire tourner une « machine à distribuer des aides » qui coûte plusieurs fois (en frais de fonctionnement) ce qu'elle apporte à l'économie réelle (les Startup, les PME)?
A financer des chercheurs fonctionnarisés ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :