Micmac à Morzine, épisode 2 : une drôle de gestion des ressources humaines

 |  | 1620 mots
Lecture 9 min.
(Crédits : DR)
La commune de Morzine a été largement épinglée par la chambre régionale des comptes Auvergne Rhône-Alpes pour sa gestion. Parmi les principaux points mis en cause : les ressources humaines où des irrégularités ont été constatées tant dans le choix des agents, que dans les primes accordées. Deuxième volet de notre dossier consacré à la petite commune haut-savoyarde.

Chalets, montagnes et remontées mécaniques. Le cadre pourrait paraître idéal. Pourtant, la Chambre régionale des comptes a épinglé la commune Morzine pour sa gestion parfois nébuleuse de la Ville entre 2009 et 2013. Parmi les principaux problèmes relevés par l'organisme, la gestion des ressources humaines.

La Chambre régionale s'est plus particulièrement intéressée aux profils de quatre agents pour étayer son propos.

Les non-titulaires préférés aux titulaires

Dans les deux premiers cas, celui de Paul et Pierre*, un même problème se pose : ce sont des agents non-titulaires qui ont été engagés.

"La commune a fait connaître ses difficultés à recruter des titulaires du fait de son  "enclavement" mais aussi la priorité qu'elle donne à la réactivité et à la souplesse en matière de gestion des ressources humaines", a noté la chambre régionale des comptes.

Mais pour elle, le cadre public est sans équivoque:

"Les emplois permanents doivent être occupés par des agents titulaires".

Pour Karin Hammerer, avocate spécialiste en droit public dont le cabinet éponyme se situe à Lyon, "le principe du droit de la fonction publique est simple: pour tout emploi permanent, la commune se doit normalement d'engager des fonctionnaires."

Priorité aux fonctionnaires

À quelques exceptions près : pour les contrats ponctuels, liés à une activité plus importante, quand les fonctionnaires sont indisponibles - par exemple, un congé maladie, ou pour une vacance temporaire d'emploi, "ce sur quoi semble s'être basée la commune. Mais on retrouve toujours cette logique du fonctionnaire prioritaire."

Or, dans le cas de Paul, des candidats titulaires se sont présentés. Celui finalement choisi, de niveau bac professionnel, s'avérait être "le seul candidat qui combinait expérience en station et capacités d'encadrement", a fait savoir la commune.

De fait, le nombre d'emplois non-titulaires avait eu tendance...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :