Le plan de rénovation urbaine de la métropole de Lyon sur les rails

Par Françoise Sigot  |   |  550  mots
La ville de Vénissieux bénéficie pour le quartier des Minguettes du PNRU. (Crédits : Agence d'urbanisme de Lyon)
En visite à Lyon, le ministre de la Ville Patrick Kanner a rappelé que l'État devrait débloquer 5 milliards d'euros pour le nouveau programme national de rénovation urbaine, tout en demandant l'appui des collectivités territoriales, métropole de Lyon et Région en tête. Mais rien n'est fixé au niveau des budgets.

Ces deux derniers jours, le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a sillonné les quartiers lyonnais en renouvellement urbain. À son programme : un aperçu des réalisations accomplies dans le cadre du premier programme de rénovation urbaine sur ces dix dernières années et la préfiguration des actions sur le point d'être lancées dans le cadre du nouveau Programme national de rénovation urbaine (PNRU) qui s'étale de 2015 à 2025.

"Mon objectif, c'est qu'il n'y ait pas de pause. Les habitants doivent voir que l'action publique continue", a affirmé le ministre.

Pour relever le défi, l'État mobilisera cinq milliards d'euros sur la période, mais "cet effort national doit être complété par l'intervention des collectivités territoriales", a prévenu Patrick Kanner. Si le ministre espère le soutien des acteurs locaux, ces derniers souhaitent aussi, de leur côté, obtenir le maximum de financement de la part de l'État.

La région partenaire du futur PNRU ?

À l'échelle de la métropole lyonnaise, où huit sites d'intérêt national et six d'intérêt régional ont été identifiés, Gérard Collomb a assuré qu'il ne relâcherait pas son effort, sans pour autant dévoilé le montant qu'il souhait investir sur cette question - alors que la participation de l'ex-Grand Lyon était de 306 millions d'euros (2005-2015).

"Nous allons poursuivre nos actions sur le logement, sur l'activité économique et les transports. Mais aussi en matière éducative puisque désormais la Métropole a la compétence des collèges. Nous allons donc travailler avec eux pour lutter contre le décrochage scolaire", a promis le président de la Métropole.

Reste à trouver les moyens. Sur ce sujet une incertitude subsiste. Alors que le conseil régional avait participé à hauteur de 69,2 millions d'euros au dernier PNRU, ce budget sera-t-il reconduit ?

"Je suis en train de rencontrer les nouveaux présidents de Région. J'ai déjà obtenu des engagements de la part de certains, notamment en Aquitaine et en Midi-Pyrénées. Je vais voir prochainement Laurent Wauquiez pour savoir s'il participera au financement de certaines actions dans le cadre du nouveau PNRU", a expliqué le ministre.

Gérard Collomb s'est permis de préciser qu'il "ne doutait pas" de l'engagement du numéro deux des Républicains.

Développer une offre équilibrée de logements sociaux

Avant d'achever son déplacement en région lyonnaise, Patrick Kanner a fait une escale à Chazay-d'Azergues, une ville où le nombre de logements sociaux est en deçà du seuil de 20% fixé par la loi SRU. Bien décidé à faire appliquer la loi, le membre du gouvernement est allé à la rencontre du maire.

"Ma logique est de convaincre, mais s'il faut contraindre je le ferai. On ne peut pas demander à certains de respecter les lois et pas à d'autres", a-t-il affirmé.

Au-delà de l'application des textes, il s'agit aussi de faire en sorte que l'offre de logements sociaux soit répartie sur l'ensemble des territoires, afin d'en finir avec les risques de ghettoïsation.

Les 8 quartiers lyonnais en PNRU

Parilly, à Bron,

Terraillon, à Bron,

Minguettes/Clochettes, à Vénissieux Saint-Fons,

Grande île à Vaulx-en-Velin,

St Jean, à Villeurbanne,

Les Buers, à Villeurbanne,

La Ville Nouvelle de Rillieux-la-Pape,

La Duchère 9ème arrondissement de Lyon